Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L'embuscade qui a causé la mort de dix soldats français remet-elle en cause le redéploiement des troupes françaises en Afghanistan ?

- Non, c'est impossible. La France avait jusqu'en avril une présence discrète, à la fois dans le nombre de soldats mais également dans le type de missions qu'ils avaient (les Français étaient présents dans des endroits assez calmes). La France n'était pas un pays qui avait beaucoup d'importance, comme les Etats-Unis ou le Canada. Au début de l'année 2008, un certain nombre de pays, dont le Canada, ont voulu se retirer car les forces déployées par les différentes nations étaient inégales. Les Etats-Unis ont fait pression sur beaucoup de pays membres de l'Isaf (Force internationale d'assistance à la sécurité) pour qu'ils augmentent leurs forces. L'Allemagne, par exemple, a refusé. Nicolas Sarkozy, qui était contre un redéploiement français, a changé d'avis. La France a augmenté les troupes et a changé les missions, c'est-à-dire qu'on a commencé à aller dans les lieux de combat. A titre de comparaison, depuis 2002, il y avait eu quatorze morts, depuis le redéploiement français, en juillet, le nombre de soldats français tués a presque doublé.
Aujourd'hui, on ne peut pas changer de position car lorsqu'on s'engage, on a un échéancier à respecter. On est tenu par des obligations internationales.

Comment expliquer que la situation en Afghanistan se dégrade malgré la présence des soldats de l'Otan ? La démission de Pervez Musharraf au Pakistan, ne risque-t-elle pas de renforcer cette dégradation ?

- Il n'y a jamais eu autant de présence militaire qu'aujourd'hui, on est à 70.000 soldats présents dans cette région. La force internationale était, jusqu'en 2003, de 5.000 militaires. Plus cette force augmente et plus la violence et l'insécurité augmentent. Aujourd'hui, on ne peut plus voyager dans le pays, les talibans se réarment et se réorganisent. On peut se demander si cette force révèle de la violence ou si cette force crée de la violence. Beaucoup d'Afghans disent que la présence des forces internationales, "c'est comme l'armée soviétique". Ils la vivent comme une occupation.
Pour ce qui est du Pakistan, ce qui est sûr, c'est que c'est une donnée essentielle. Le Pakistan a toujours servi de base arrière pour un certain nombre de groupes armés afghans, même lorsque Pervez Musharraf était au pouvoir. Penser que l'on peut se battre en Afghanistan sans résoudre les problèmes du Pakistan est une erreur.

L'embuscade visait-elle des Français ou des soldats de l'Otan ?

- C'est toujours compliqué de savoir ce genre de choses, mais je ne pense pas que les personnes qui font des attentats ou des embuscades se posent la question de savoir qui tombera dedans. Il n'y a jamais eu d'attentats anti-français. La France, en elle-même n'est pas une cible mais l'Otan en est une. On peut se poser la question de savoir si le changement de position de la France, concernant le redéploiement des soldats, n'est pas une des causes de cette embuscade. Mais, le plus probable, c'est l'embuscade visait des soldats de l'Isaf.