Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l’ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) de l’Union Africaine et à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).


Communique de presse

 

Condamnation par contumace de Hissène Habré:

décision inique  et inopportune


La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) exprime sa désapprobation la plus totale face à la condamnation à mort de l’ancien Président Hissene Habré et 11 membres de la rébellion armée dont le leader de l’Alliance Nationale, le Général Mahamat Nouri.

 

Cette décision qui viole le droit fondamental à la vie est inique, inopportune et ne respecte nullement les normes d’un procès équitable dont le droit à la défense. Cette décision est inopportune dans la mesure où la procédure pour juger Hissene Habré est en cours au Sénégal sous les auspices de l’Union Africaine.

 

Pire, en condamnant à mort les rebelles avec lesquels il est  en conflit dans ce procès, le régime de  Deby fonctionne comme juge et partie,  ce qui ne facilite pas non plus les efforts de la communauté africaine et internationale pour le dialogue politique et la réconciliation nationale.

 

Dans tous les cas c’est une difficulté de plus pour le Médiateur des Nations Unies au Darfour, le Ministre burkinabè des affaires étrangères, M. Djibril Bassolet. Rien de significatif et de sérieux ne peut bouger dans le processus de paix au Darfour tant que durera le conflit tchadien.

 

La RADDHO estime que cette nouvelle confère au Sénégal une double responsabilité particulière dans la lutte contre le cancer de l’impunité sur le continent :

  • Premier pays africain à juger pour la première fois un ancien Chef d’Etat Africain, le Sénégal n’a absolument pas le droit d’échouer, dans un contexte mondial où des leaders africains sont transférés à la Cour Pénale Internationale (CPI) à  cause de la défaillance des juridictions africaines ou de l’absence de volonté politique des Etats africains de juger les leaders accusés de graves crimes internationaux qui plus est, sont des crimes imprescriptibles.
  • L’implication du Sénégal dans la médiation pour la paix au Tchad et au Darfour lui concède l’obligation de réagir car cette décision de justice tchadienne est une autre forme de déclaration de guerre contre la rébellion armée.

 

Fait à Dakar, le 16 août 2008

 

                                      

Villa N°4024 Amitié II – Allées Seydou Nourou TALL – BP : 15246 Dakar  - Fann (SENEGAL)

Téléphone : (221) 33 865 00 30 – Fax : (221) 33824 60 52

E-Mail : raddho@telecomplus.sn – Site web : www.raddho.africa-web.org