Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

M.Abdramane Nahar a occupé de très hautes fonctions sous le Gouvernement de l’ancien Président Hissène Habré. Il a été membre du Conseil de  Commandement (CCAFAN) et Commissaire Adjoint à l' organisation des Masses  de 1979 à 1984, ancien Directeur du protocole d' Etat à la Présidence de la République  de 1982 à 1986 et ancien Directeur d' exploitation de la SONASUT de 1987 à 1989.

 

Avec la prise du pouvoir d’Idriss Deby au Tchad, il s’est exilé depuis bientôt dix huit (18) années en France où  il dirige le Rassemblement  National pour la Démocratie et la Justice (RNDJ)

Nous avons réussi à l’interviewer  pour aborder avec lui la question tchadienne et  divers sujets qui font la UNE de l’actualité internationale.

Pour le Secrétaire Général du RNDJ, le  régime d’Idriss Deby est directement responsable de la faillite de l’Etat, du manque du sentiment national et de l’unité nationale entre les Tchadiens.

M, Abdramane Nahar lance un appel pressant aux dirigeants des organisations politico-militaires de transcendre leurs divergences et querelles de bas étages pour unir leurs forces et désigner un commandement militaire commun à eux tous en vue de sauver le peuple tchadien de la dictature d’Idriss Deby.

Nous espérons  bien que le message du SG du RNDJ soit entendu par les chefs des mouvements armés Tchadiens.

Lire l’interview

 

- Bonjour Abdramane Nahar ! Quelle est votre  impression face  à la détérioration de la situation actuelle que connaît  le Tchad sous Idriss Deby ?

- Abdramane Nahar :  Désolation, horreur, injustice et compassion voilà les premiers mots qui  me viennent à l’ esprit suite à cette question. Depuis 1990 le Tchad est victime de la tyrannie, de Deby et ses complices cela jusqu’ à nos jours.

La dégradation de la situation actuelle du Tchad est très inquiétante. Il y a l’ aggravation des conflits inter- communautaire, l’ économie est en berne, le gangstérisme est au sommet de l’ Etat. Les tchadiens vivent dans un communautarisme sans précédant et c’est-ce qui engendre la peur et la méfiance envers l’ autre. Les droits fondamentaux sont transgressés et la terreur s’ est édifiée. Le nombre des morts est sans précédent, on peut le chiffrer avec exactitude; entre les décès, les exécutions, les civils tués ainsi que les militaires qui sont tombés pour des prétextes personnelles au profit d’ un homme dépourvu de conviction politique. A cela s’ additionnent les diverses arrestations, méprisant la notion de justice et les droits de l’ homme.

- Au Tchad, la question de la cohabitation inter-communautaire pose problème et remet en cause la cohésion nationale, à qui la faute ?

-Abdramane Nahar :  Il y a 250 ethnies au Tchad et c’ est dommage que ces dernières ne puissent cohabiter en harmonie dans le respect des cultures. Il est évident qu’ actuellement les conflits inter- communautaires remettent en cause la cohésion nationale.

Quand à la responsabilité de ce problème, il me semble que le régime actuel en est pour beaucoup. L’inégalité de traitement des communautés par le pouvoir en place ne favorise en aucun cas l’ égalité des citoyens au sein de la République. La répartition des richesses et l’ accès au droit pour tous sont méprisés et bafoués.

C’ est un choc que de constater qu’ une communauté a plus de droits au sein de la société qu’ une autre. Le résultat est là, on y voit une révolte et des conflits entre citoyens, frères vivant sur le même territoire ayant la même nationalité. Quel regard peut- on avoir de l’ extérieur? Quelle crédibilité les tchadiens ont à l’ étranger si on ne remédie pas à ce problème?

 

- Depuis la prise du pouvoir en 1990  d’Idriss Deby au Tchad, l’économie tchadienne vit sous perfusion et malgré l’exploitation du pétrole le pays  tarde  à amorcer un véritable décollage économique ? Quel jugement faites-vous de la gestion du régime  actuel ?

- Abdramane Nahar :  Vous dites que l’ économie tchadienne vit sous perfusion. Je dirai plutôt qu’ elle se trouve dans un coma avancé. La gestion de M. Deby est une catastrophe totale. De quelle manière Deby gère l’ exploitation du pétrole, particulièrement sans compter les entrées des autres ressources que détient le pays.

Presque tous les services générateurs de recettes sont gérés par les parents du dictateur, soit par ceux qui lui obéissent à l’ œil et aux doits. Il s’ agit véritablement d’ un pillage et détournement de fond au profit d’ acquisition de matériels de guerre. Il y a eu des grands projets qui sont financés sous forme de dettes par des institutions internationales(BM, FMI, BID, Bad…) mais tous ces projets ont fini par accouchés d’ une sourie. Bref, ce régime a atteint summum de la médiocrité. A cela s’ ajoute tous les trois mois, la nomination exagérée des ministres et les généraux sans oublier aussi le pèlerinage de Deby en Europe

- Des témoignages concordants en provenance du pays, déplorent l’état de délabrement continu de nos hospitaux, De notre  système éducatif marqué par la baisse de niveau scolaire. Selon vous,  cette situation  découle-t-elle   de l’absence du droit de regard de nos autorités ou bien de la responsabilité du corps enseignant au Tchad  ?

- Abdramane Nahar :  Je réponds à cette question en deux volets:

- En ce qui concerne nos hôpitaux, si nous ne faisons pas attention , ils risquent de devenir de véritable mouroirs; beaucoup de tchadiens sont morts simplement parce qu’ ils n’ ont de quoi payer ne ce reste que la consultation. C’ est vraiment triste. Très peu aujourd’ hui sont ceux qui sont admis à la faculté de médecine ou à l’ école nationale de la santé sans qu’ ils ne soient pistonnés ou que leur admission ne soit monnayée. Dans ce cas, je crains fort que certains de nos médecins et infirmiers ne deviennent de simple tueurs en série. Fait -on de la géo-médecine pour des géo- malades? Vous savez que la médecine est une science qui, pour une toute petite erreur, c’ est la vie humaine qui est sacrifiée.

-Pour ce qui est de système éducatif tchadien, je pense que le gouvernement avait en 1994, pris une décision de tenir les états généraux de l’ éducation nationale. A l’ issue de cette grande messe, des grandes orientations ont été adoptées, une nouvelle politique de l’ éducation a été définie. Mais hélas! force est de constater que quatorze(14) ans après, toutes ces recommandations qui nous avaient permis de rêver à l’ époque sont encore rester lettres mortes. La non-application de ces recommandations a accéléré le phénomène de baisse de niveau. Certes les corps enseignants a aussi sa part de responsabilité, mais je crois qu’ il ne faut pas l’ accabler pour autant. Le premier responsable est d’ abord l’ Etat qui, pour des raisons occultes et inavouées laisse la situation s’ empirer. Il ne faut pas non plus oublier la responsabilité des élèves, des parents et certains chefs d’ établissements surtout privés qui sont très sensibles aux espèces sonnantes et trébuchantes plutôt qu’ aux caractères scientifiques de l’ éducation. Un autre phénomène doit attirer notre attention: aujourd’ hui à Ndjamena lors de ddéroulement du baccalauréat , les candidats cotisent de l’ argent qu’ ils donnent à ceux qui sensés de les surveiller. Du coup, les surveillants ne surveillent plus les candidats mais plutôt les superviseurs. C’ est ainsi qui fonctionne le système éducatif sous Deby.

-Malgré les potentialités et les ressources naturelles dont dispose le sol sous tchadien et les nombreux pays africains, l’autoffisance alimentaire reste toujours un défi à rélever.  Si vous êties aux affaires, que feriez-vous pour remedier à la crise alimentaire au Tchad et en Afrique ?

- Abdramane Nahar : Aujourd’ hui au Tchad et comme partout en Afrique, la famine est moins liée aux phénomène géo-climatique. Elle n’ est pas une fatalité. Elle est non seulement la résultante d’ une politique agricole mal définie donc mal maîtrisée mais surtout l’ action de l’ homme.

Les conflits armés entrainât de facto le déplacement de la population.

Dans le cas du Tchad, si j’ étais aux affaires, je réhabiliterais nos centres de formations d’ agricole, j’ investirais massivement dans ces centres de formation des agents techniques d’ agricole, dans la riziculture de Bongor, réhabiliterais l’ omvsd de la Tandjilé, les sorghos du SUD, du Ouaddaï, du Salmat et dans les polders du Lac. Bref, je passerais de l’ agriculture de subsistance à l’ agriculture moderne. Le Tchad devrait figurer sur la liste de fournisseurs de F A O et non demandeur de sorgho. Pour moi, un peuple qui mange à sa faim, éduqué et soigné est un peuple qui a de l’ avenir.

- Les Tchadiens souffrent  des pénuries d’eau et d’électricité, pourtant, le pays est depuis cinq (5)  ans producteur du pétrole. Selon, vous qu’est-ce qui ne va pas au juste ?

- Abdramane Nahar : A cette question , je prends au mot l’ ancien SG du Mouvement Patriotique du Salut (parti au pouvoir)Mahamat Saleh Ahmet qui, dans un point de presse à la RNT en 2001 après l’ adoption du projet pétrolier par la banque mondiale avait dit: d’ ici 2002 tous les villages du Tchad seront électrifiés. Mais aujourd’ hui le constat est amer, les faits sont là et têtus: la capitale Ndjamena est éclairée un mois sur douze . Comment peut- on comprendre et accepter que la totalité du brut tchadien soit destinée à l’ exportation? Tout cela est dû à la boulimie financière de Deby, de son système Etno-clano-mafieux coupable de toutes les malversations interdites par les lois tants nationales qu’ internationales.

Que fait l’ Etat avec toutes les ressources du pays au point de manquer d’ eau et d’ électricité? C’ est une question que beaucoup de tchadiens souhaiteraient avoir la réponse. Le gouvernement doit investir dans la modernisation et la gestion de la STEE C’ est un devoir qui reste indifférent. Il est inconcevable qu’ un pays comme le nôtre se rabaisse à l’ état primitif de la découverte du feu.

- Les observateurs nationaux et internationaux s’accordent à dire que si  le pouvoir d’ Idriss Deby résiste du  fait de la division interne qui mine   la rébellion  tchadienne et de  la question de leadership qui  reste son principal handicap.

-Quel message avez-vous à adresser aux leaders des politico-militaires Tchadiens pour les convaincre d’unir leurs forces s’ils  envisagent réellement libérer le peuple de la dictature du régime actuel ?

 

- Abdramane Nahar :  Il faut  avoir le courage de le dire pour corriger le tir. La question de leadership entre les politico- militaires est un réel problème. S’ ils veulent libérer le Tchad pris en otage par ce dictateur hors calibre et lui donner un nouvel élan et un nouveau souffle, ils doivent impérativement transcender leur personne, leur ethnie, leur région et ne voir que le Tchad et le peuple tchadien. Ils doivent unir leurs forces et   désigner un commandement militaire commun. Tant que subsistent et subsisteront les querelles politiciennes de bas étages entre eux, cela ne fera que l’ affaire du dictateur. Tant qu’ils s’ attardent sur des querelles incessantes par l’ intermédiaire des nouveaux outils de communications pensant(trône) pendant que des innocents continuent à perdre la vie laissant derrière eux femmes et enfants.

Mon message serait de (s’ auto confesser) en tenant compte du passé historique du pays et de l’ avenir.

- Louis Moreno Okampo, procureu de la CPI, incrimine le Président Oumar Hassane El-Bechir et plusieurs responsables Soudanais  des « crimes de guerre », et « crimes contres l’humanité » pour des astrcités commises au Darfour. Que pensez-vous de cet acharnement de la CPI contre le Soudan ?

- Abdramane Nahar : Il ne s’ agit pas d’ un acharnement juste de sentiment de justice. La question de Darfour s’ illustre par la perte des vies humaines qu’ on arrache à un peuple entier au nom des idées politiques. Je pense que la justice est le pilier de la civilisation et de la république. Si les faits qui lui sont reprochés venaient à être confirmé, pourquoi alors seulement le Président EL-BECHIR? Quelle sera la part de responsabilité de MJE et Deby?

- Il  n’est un secret pour personne que le Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE) du Darfour, est soutenu par Idriss Deby contre le pouvoir soudanais. Confirmez –vous cette information ?

- Abdramane Nahar :  Vous le dites bien un secret pour personne. Chose encore grave , Deby soutient le MJE avec le revenu du pétrole et l’ argent du contribuable tchadien. Ce même mouvement commet de graves violations des droits de l’ homme sur la population de l’ Est du Tchad.

- Que dites-vous du projet des Etats-Unis d’Afrique que le  colonel Khadafi  s’en approprie ?

Abdramane Nahar : Le projet de la création des Etats-Unis d’ Afrique n’ est pas une nouveauté. Il a été initié par les Présidents: KHRUMA,NASSER,NYERERE,MODIBO,DJOMO,BOGANDA SEKOU et les autres. Aujourd’ hui Monsieur KHADAFI fait de ce projet une affaire personnelle. Quelles sont les réelles intentions de ce colonel par rapport à ce projet qu’ il s’ en approprie? Devenir le premier président des Etats -Unis d’ Afrique puisqu’il en est le grand argentier. Comment veut-on être le Président de cette Union et en même temps ne pas accepter les NOIRS africains chez soi? L’ exemple le plus parlant est celui de 2003 où les africains étaient pourchassés et traités comme un mal propre. La constitution de l’ union africaine est faite sans les peuples d’ Afrique. Le traité instituant l’ union africaine a été imposé aux africains par les chefs d’ Etats. Il n’ a été ratifié ni par voie référendaire ni par voie parlementaire. Je pense q’ avant de parler de cette union, il faut d’ abord créer des conditions favorables pour les peuples qui donneront la naissance de cette formation:

- libre circulation des biens et des personnes , respect des couleurs,monnaie commune, intégration continentale

-projet de constitution qui sera mise à la connaissance des peuples sera adoptée par voie référendaire ou parlementaire.

- Le dimanche 13 juillet, le Président Nicolas Sarkozy a réuni à Paris, des chefs d’Etats arabes et de la rive de la méditérranée pour une Union pour la Méditerranée (UPM).De nombreuses voix africaines et arabes voient en cela comme étand une manœuvre de diviser l’Afrique au sud du sahara au Maghreb arabe.Êtes-vous pour ou contre ce projet du Président Français ?

- Abdramane Nahar: tout projet quel qu’ il soit, s’ il consiste à rapprocher les peuples, les civilisations et les cultures sera toujours la bienvenue si l’UPM upm voulue par le Président SARKOZY s’ inscrit dans cette dynamique, je pense que c’ est une bonne initiative. Même si certains voient en l’ up une manœuvre de séparer l’ Afrique du sud du SAHARA au Maghreb, peut-être ils n’ ont totalement tord. Pour le moment il est très tôt de tirer une conclusion définitive.

Merci M.Abdramanne Nahar

Abdramane Nahar : Tout le plaisir est à moi de vous remercier sincèrement !

Interview réalisée par Makaila Nguebla

Administrateur du blog :makaila.over-blog.com

 Partenaire de TV5MONDE