Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ENCORE SEPT MORTS!ET (IL) PERMET DE DIVERTIR LES TCHADIENS
 
Si on parle de cet engin de guerre, qui a  explosé hier entre les mains d'un civil et qui a fait 7 morts à Gardolé, cela désole plus d'un Tchadien et surtout cette déclaration du ministron de l'intérieur qui dit que «  c'est une ouvre des rebelles ». C’est ça qui retient l'attention dans cette note.

Le gouvernement doit franchement se cacher au lieu de sortir avec ces genres de discours rodé d'amateurisme dont ses membres ne cessent de nous démontrer chaque jour, et cela avance pas, montre la bizarrerie  de votre façon de faire la politique. De grâces épargnez-nous ces discours ou propagandes d'un autre âge et confus qui peut faire la honte d'un homme politique sous d’autres cieux. En voulant camoufler aux citoyens ignorants (vos victimes), ce que vous dit, met à nu votre amateurisme et la sécheresse de votre champ d'argumentation. La jeunesse que vous avez pris en otage vous observe et veut que vous soyez au moins logique et que vous assumez vos dégâts en attendant...,  Vous le gouvernement et autre qui croyez à la version, dire que l'obus explosé à Gardolé est une oeuvre des rebelles qui ont squatté pendant deux jour la capitale au mois de février dernier, je trouve personnellement que c'est aberrant et relève de la démagogie pure et simple. On sait tous (tout les tchadiens) que les rebelles ont abandonné leur eldorado, il y 'a bien tôt 7 mois déjà.

D'ailleurs, entre temps le gouvernement a fait tout ce qu'il peut faire comme boulot en « état de droit » qu'il est et qui lui incombe : état d'urgence, arrestations, fouilles, musellements, déguerpissements, forage des trous,...une commission d'enquête dépendante, bâcler sans réelle séparation des pouvoirs bref...Mais jamais vous n’avez pensé que ces jeunes révolutionnaires de l'est ne sont pas venus au bord de leurs Toyota bourrés des bananes quand même. C'est 800 kilomètres traversés, avec escale à Oum Hadjer, puis Ati sans inconvénient, et la débandade des vos milices à Massaguet, Deby à leur tête, puis lui même a voulu que ça soit jusqu'à N'djamena et vous imaginez le reste.

Monsieur le ministre, vous pouvez dire comme votre agent qui ignore l'origine ou autre chose mais pas dans cette malheureuse circonstance qui  endeuille 7 familles tchadiennes et vous osez raviver aux citoyens les mauvais souvenir de ce jour qui a failli être le jour de leur libération si ce n'était pas la connerie faite par les chefs rebelles. Arrêtons là pour le moment.

Ces appareils explosifs qui endeuillent nos populations sont partout dans les pays et cela relève de votre responsabilité d'assurer la sécurité, de  nettoyer ou déminer. Si vous estimez travailler dans un Etat correct, vous pouvez le faire pour éviter la mort des ces tchadiens innocents.

Les ministrons et autres sbires du régime ont même pensé à l'époque, pour rétablir l'ordre et autre nettoyage après l'attaque du 03 février 2008, en mettant scène de la maman de Idriss jusqu'à la madame de Daoussa à la télé tchad pour réparer les dégâts et tentations soulevés par le débarquement improvisé des hommes de l'est. Donc pour dire de quoi ils sont capables quand il faut pour leur égoïsme.

Selon des sources sûrs ces obus sont ceux qui ont été largués par les avions des guerres qui sont venus au secours de Deby. Les avions que nous avons dénoncés à l'époque, continuent donc à faire des victimes.

Si on revient aux victime du 02 au 03 février en évoquant ce genres justifications, on peut pensé que la LTDH peut chercher à rajouter 7 personnes de nouveau sur sa liste des 400 personnes tuées qu' elle a recensées sur son rapport de événement du février.

Il est aussi permis de se demander si notre officielle et sérieuse commission d'enquête aura des places pour les éventuelles victimes qui apparaissent le jour au jour. A quand la clôture? Il y'a du boulot dans ce pays là ,OÙ LES DESORDRES SONT DECORÉS. 

Djibrine Abakar Khirachi