Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L'Afrique du sud et la Libye ont soumis lundi au Conseil de sécurité une proposition visant à différer une possible inculpation du président soudanais Omar el-Béchir pour génocide au Darfour, mais ont rencontré l'opposition des Occidentaux, selon des diplomates.

Les 15 membres du Conseil se sont rencontrés à huis clos pour examiner un projet de résolution britannique destiné à prolonger le mandat de la force de paix
ONU-Union africaine (Minuad) d'un an à compter de jeudi après l'expiration de son mandat.

Mais l'Afrique du sud et la Libye, soutenues par la Chine, la Russie et le Vietnam, ont tenté d'ajouter un amendement qui repousserait d'un an, renouvelable, toutes poursuites contre M. Béchir, visé par le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo.

"Nous sommes divisés au Conseil à ce stade", a déclaré l'ambassadeur américain à l'ONU, Zalmay Khalilzad, affirmant qu'un tel report serait "infondé" et "prématuré".

"Nous ne pensons pas qu'ils soit approprié" de prendre une telle voie, a renchéri le chargé d'affaires français Jean-Pierre Lacroix, ajoutant que rien à ce stade dans l'attitude de Khartoum ne justifiait une telle suspension.

Mais l'ambassadeur soudanais, Abdalmahmood Abdalhaleem Mohamad, a rappelé que la demande de report émanait de l'Union africaine et a déclaré que l'ignorer constituerait "un affront, une insulte à l'Afrique".

Le procureur de la CPI a demandé mi-juillet aux juges de la Cour d'émettre un mandat d'arrêt contre M. Béchir pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour. S'il est confirmé, ce qui pourrait prendre plusieurs mois, il s'agira du premier mandat d'arrêt émis par la CPI, basée à La Haye, à l'encontre d'un chef d'Etat en exercice.

Le Conseil peut adopter une résolution pour repousser pendant une période de 12 mois renouvelable toute enquête ou poursuites de la CPI. L'adoption d'une telle résolution exigerait une majorité de neuf voix, dont celles des cinq membres permanents du Conseil.

Des diplomates occidentaux ont affirmé que les pays soutenant cet amendement ne disposaient pas de suffisamment de voix pour son adoption.

"Nous espérons pouvoir parvenir à un accord qui ne traite pas, dans cette résolution, de la question (du report)", a déclaré M. Khalilzad.

L'ambassadeur du Vietnam, Le Luong Minh, président du Conseil ce mois-ci, a affirmé que les consultations allaient se poursuivre pour tenter de parvenir à un accord avant la date butoir de jeudi pour le renouvellement du mandat de la Minuad.

Cette force, qui doit à terme devenir la plus importante force de paix dans le monde avec 26.000 hommes, ne compte actuellement qu'environ un tiers des personnels autorisés, est sous-équipée et a été plusieurs fois la cible d'attaques meurtrières.

Le conflit au Darfour, où s'affrontent forces gouvernementales appuyées par des milices arabes et mouvements rebelles, a fait jusqu'à 300.000 morts, selon l'ONU, quelque 10.000 selon Khartoum.