Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Proust disait «  La force qui fait le plus de fois le tour de la terre en une seconde, ce n'est pas l'électricité, c'est la douleur ». Le lot quotidien de l’Afrique Noire est la douleur. Et on lui reproche même sa souffrance dont il est dit on, le principal artisan.

J’ai préféré attendre la fin du sommet de l’Union Pour la Méditerranée pour chercher à prouver que tout ce qui se fait dans le monde en dehors de la présence de l’Afrique Noire, a de très fortes chances de se faire contre elle. Et c'est précisément ce qui se passe.


Les pays d’Afrique Noire pour ne pas dire les « nègres » ou «  hordes sauvages » venues du Sud du Sahara et, je confirme, ceux qui ont le nez épaté et de grosses lèvres, ces peuples qui ont été le bois d’ébène de l’accumulation primitive du capital qui a forgé l’opulence occidentale actuelle, ceux qui ont été utilisés comme chair à canon des guerres européennes, ceux qui ont creusé les égouts des villes européennes en leur balayant leurs trottoirs, à l’heure des grands ensembles, arrivent sur une scène mondiale, divisés et assommés par une quarantaine d’années de diverses ponctions de la BM, du FMI et de toutes les organisations internationales à la solde de l’impérialisme et de leurs valets locaux, nos chefs d’Etat tropicaux..


Si nos dirigeants, dans leur désir inavoué de conservation du pouvoir et de sa transmission familiale, ont toujours fait du sur place quand il s’agissait de  placer des actes concrets pour la réalisation de l’Union Africaine, c’est donc à nous africains, de nous donner la main, de taire ce qui nous divise ^pour magnifier ce qui nous unit, afin d’atteindre cet objectif que chacun d’entre nous chérit au plus profond de son cœur.


Les chemins sont longs et embués d’obstacles. Mais parlons en et continuons de parler de cette unité africaine jusqu’en perdre le souffle. Léguons à nos enfants, ce désir d’unité qui fera d’eux des partenaires de l’économie mondiale autrement que d’éternels assistés.

Les luttes et revendications nationales doivent être à la mesure de la solidarité continentale que nous opposent nos chefs tropicaux. Quand un citoyen est malmené au Zimbabwe, que toute l’Afrique s’en offusque et le manifeste. Qu’aucun chef africain ne se croit autorisé d’emprisonner son peuple sans que les autres peuples d’Afrique ne réagissent. Notre indifférence à ce qui arrive à notre voisin, est notre second tord après celui d’être NOIRS. Que personne ne croit que je pleure sur notre sort. Loin de moi cette attitude. Non je me dénonce et j’affirme que je suis le seul et l’unique fautif de ce qui arrive à mon Afrique.


Agenouillé sous une table, je crie «  I’m Black and I’m Proud ».

Ce que j’ai, « c’est bouche pour parler et bouche pour manger : je suis un énorme tube digestif à ciel ouvert ».



Vive l’Afrique Unie

Professeur El Hadj Hamidou Diallo,

Secrétaire Général du BRDS.

partirds@yahoo.fr, Dakar-Sénégal.