Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Selon nos investigations recueillies auprés  des leaders de l’opposition tchadienne les plus engagés et  des répresentations diplomatiques étrangères au sujet du Darfour,  il ressort que  des révélations fracassantes  incriminent  à la fois Idriss Deby et son homologue Oumar Hassane El-béchir pour leurs responsabilités communes et indissociables dans la crise du Darfour.


En effet, le Conseil de Sécurité de l’ONU a diligenté à travers une commission d’enquête  menée par des experts indépendants,  laquelle a abouti à la conclusion qui épingle  le dirigeant Tchadien et Soudanais pour  leurs soutiens respectifs aux groupes armés et aux différentes milices actifs impliqués dans ce conflit armé meurtrier et désastreux en termes des pertes matérielles et vies humaines.


Aujourd’hui, avec la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI) qui incrimine seulement Oumar Hassane El-béchir et exempte Idriss Deby, les langues se délient au plus haut niveau des instances internationales et dénoncent l’absence d’équité dans le rôle assigné aux juridictions internationales.

Notre source nous informe  également que cette enquête  a été réalisée à l’époque où l’ancien Président Français Jacques Chirac était  dans les affaires.

Compte tenu de son soutien avéré au régime d’Idriss Deby, Jacques Chirac avait donc pésé de tout son poids pour étouffer et classer sans suite cette rocambolesque affaire juridico-politique qui allait éclabousser le protégé du giron de la nébuleuse Françafrique dont il en est le promoteur et encadreur.

Mais, tout porte à croire que le Conseil de Sécurité de l’ONU est suffisamment informé par la nature du conflit au Darfour,  ce qui explique d’ailleurs sa réticence et prudence devant  la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI).



En réalité, la majeure partie d’observateurs étrangers les plus percutants du conflit tchadien et de la crise du Darfour s’accordent à dire qu’aucune solution pérenne et viable ne serait trouvée tant que le dégré d’implication et le rôle central que joue  Idriss Deby aux côtés de la rébellion du Darfour ne soit situés et placés  sur la même balance que la responsabilité de son homologue Soudanais  Oumar Hassane El-béchir.


La communauté internationale n’aura  une conscience apaisée et tranquille que lorsqu’elle aura diagnostiqué du fonds en comble le contour du conflit du Darfour qu’elle trouvera les réponses les plus appropriées et consensuelles pour tous.

 

Par Nguebla Makaila