Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Louis Moreno Ocampo,  Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) doit présenter, lundi à la Haye, une nouvelle affaire sur les crimes commis au Darfour. Dans son dossier, il devrait mettre en cause de très hauts responsables du gouvernement soudanais, parmi lesquels le chef de l’Etat Omar el-Béchir qui serait ainsi accusé de « crimes de guerre », de « crimes contre l'humanité » et de tentative de « génocide ».

 

Cet acharnement judiciaire  de la Cour Pénale Internationale (CPI) contre le Gouvernement soudanais quii s’appuie sur  la crise du Darfour est devenu un sujet   à polémique et interprétation,  que commente une large opinion publique tchadienne et africaine.

 

Transformée en un simple outil à la solde des grandes puissances étrangères, la CPI transgresse les régles et procédures qui régissent les institutions internationales censées  trancher  avec objectivité les différends internationaux à travers  un arbitrage équitable, juste et  sans parti pris

 

 

Aujourd’hui, la mise en cause du Chef de l’Etat de Oumar Hassane Elbechir, pour tentative de « génocide », de  « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » risque de heurter les relations  d’un côté entre   la CPI et le Soudan et de l’autre dans une large mesure entre la Ligue Arabe,  les partenaires  étrangers de Khartoum et l’institution judiciaire internationale.

 

Le Soudan affirme n’avoir ni signé et ratifié la Convention de la Cour Pénale Internationale (CPI). Dans  ce cas figure, on s’interroge sur les faiblesses et les limites de la CPI pour incriminer et accuser le Chef de l’Etat Soudanais.

 

Si on va du constat que la crise du Darfour,  tire ses origines  historiques internes propres au Soudan, elle a, toutefois éclaté en 2003,  avec le Soutien indéfectible du régime tchadien aux côtés des rebelles hostiles à Khartoum.

 

De ce fait, comment peut-on admettre que la  CPI, exempte et évacue la responsabilité de Ndjaména et les actes terroristes des rebelles Soudanais soutenus par le régime tchadien pour renverser le pouvoir de Khartoum ?

 

Il est connu de tous que, le Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE),l’un des  plus importants groupes armés du Darfour, bénéficie par l’entremise du régime de Deby, de  l’aide nécessaire des Etats-Unis d’Amérique  pour mener des opérations militaires contre l’armée soudanaise.

Nous pensons donc que la campagne médiatique et le soutien des organisations de défense des droits humains en faveur de la rébellion du Darfour, influencent dangereusement la CPI dans sa poursuite judiciaire  contre Khartoum.

 

 

Cette filation,  nous conduit à comprendre avec évidence que les Américains qui nourrissent   une haine viscérale contre le pouvoir de Khartoum, envisagent à tout prix l’éffondrer à travers des moyens détournés   et les Français,  soucieux de préserver leurs intérêts au Tchad par le maintien d’Idriss Deby, demeurent   les principaux instigateurs et responsables  derrières cette conspiration judiciaire internationale contre le dirigeant Soudanais.

 

Incriminé et inculpé  Oumar Hassane El-bechir comme coupable dans les crimes commis au Darfour, est un précedent dangereux et ouvre des perpspectives judiciaires pour les dirigeants en exercice qui jouissent de leur immunité présidentielle.

 

Si tel est le cas, Idriss Deby ne peut échapper  aux poursuites judiciaires  de la Cour Pénale Internationale (CPI), étand donné que des organisations tchadiennes de défense des droits de l’homme l’épinglent en cascade pour des crimes commis contre des populations et hommes politiques tchadiens.

 

Pourquoi, la CPI ferme –t-elle les yeux sur la tragédie du peuple tchadien, victime permanente d’Idriss Deby qui régne dans l’arbitraire et l’impunité totale,  au vu et au su des organisations internationale et   répresentations diplomatiques étrangères accrédités au Tchad ?

 

Instrumentalisée et manipulée, la CPI doit rompre avec sa politique de soumission à certains dirigeants  pour préserver sa crédibilité et son image de cour suprême d’arbitrage international neutre et sans complaisance.

 

Par Makaila Nguebla