Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Depuis quelques jours déjà nous annoncions la mort du Président du PLD avec angle d’attaque le RFC de Timan Erdimi. Ca y est elle tombée et du milieu des Zaghawas de l’extérieur, du coté RFC bien sure. IBni Oumar Mahamat Saleh n’est le plus depuis le 4 février 2008. La nouvelle est annoncée par le site Tchadactuel bien au parfum des choses Zak. N’allons pas chercher loin. C’est clair. Un martyr de plus sous le pouvoir des zaghawas. Pas n’importe qui, le Professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh. Eh oui ! ils l’ont tué. Et s’il aurait survécu, on l’aurait juger et sacrifié aussi. Deby lui même disait a sa sortie de cachette après le 2 février : Pourquoi se souci t-on beaucoup de certaines personnes comme s’il n’y a pas d’autres tchadiens qui meurent ? S’il y a des personnes qui doivent répondre devant la justice elles seront traduites et jugées. »

 

Quelque part quelque chose cloche très bien. Tchadactuel annonçait déjà en flash la nouvelle qui, au même moment réveilla l’autre sens du clan de ndjamena. Une aussi frappante annonce a eu comme contre coup, un événement qui malheureusement et heureusement n’a pu faire mouche. C’est l’affaire des 70 personnes tuées dont à la tête un islamiste disent les ministres de Deby. Voila une méthode classiquement mijotée pour endormir les tchadiens. De la même manière qu’il a été diligenté les tueries de Mbaibogo pour faire endosser aux communautés arabes la responsabilité des MJE et les milices montées par Deby à l’Est. Il n’est donc un secret pour personnes, la nouvelle est sortie finalement. Ibni Oumar est tué, non Ibni est décédé.

 

Réussir à faire absorber l’émotion des tchadiens par les massacres de Kouno que par la mort de Ibni relève de cette tactique criminelle du chef lui même. La peur du pouvoir, c’est de voir une réaction spontanée des partisans de Ibni à Ndjamena (PLD et sympathisants de la CDPC). A cette réaction le pouvoir craignait l’autre affront qui pourrait venir des ouaddaiens, les fils du Wadi Fira.  Mais le dictateur et sa GR ont eu raison des pauvres tchadiens qui luttent désormais chacun pour sa survie à Ndjamena.  Une GR qui se voit renforcée par ses nostalgiques du camp RFC. Les zaghawas en rébellion ont presque tous regagné Ndjamena. Comme s’ils se reprochaient d’avoir combattu inutilement le bideyat Deby, les voila tout d’un coup kobé et Beris confondus.

 

L’assassinat de Ibni nécessite des répliques énergiques, des sacrifices à tous les niveaux. Pour ceux qui veulent croire encore à une autre vérité, elle ne viendra jamais d’une commission d'enquete ni du pouvoir. C’est le moment d’agir. En attendant que la France nous fasse savoir sa réaction par son ambassadeur, pensons tchadiens !

Au Palais rose et chez le dernier des PM c'est le mutisme. Youssouf Saleh Abbas, Mahamat Hissene ont desormais la lourde mission de la tunique sale à odeur de mort.

 

Al Faki Seid Ramadane

Khartoum / Soudan