Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Ingrid Betancourt a raconté mercredi à plusieurs reprises l’impressionnant épisode de sa libération avec 14 autres otages des FARC, d’abord sur les ondes de la radio de l’armée ainsi que de radio Caracol, puis sur toutes les chaînes de télévision peu après son arrivée sur une base aérienne militaire de Bogota.Elle a remercié les forces armées colombiennes, et "chacun des soldats de Colombie qui ont démontré qu’ils agissaient avec prudence et sagesse". "S’ils n’avaient pas pris le risque q’ils ont pris, nous aurions probablement passé qui sait combien d’années de plus dans ce calvaire que nous vivions", a-t-elle déclaré à la radio.

 

L’ancienne sénatrice a raconté que le groupe des otages s’était levé à 4h du matin, comme un jour normal dans la jungle, qu’elle avait prié et écouté les messages de sa mère et de ses enfants sur les ondes de la radio diffusant les messages des familles des otages. Puis les guérilleros leur ont fait réunir leurs affaires en leur disant qu’ils allaient être transférés.

"J’ai parlé au commandant Asprilla qui nous a dit qu’on allait nous emmener en hélicoptère vers un endroit inconnu (...) qu’ils allaient nous transférer à un autre endroit", a-t-elle expliqué. Il s’agissait semble-t-il de rencontrer quelqu’un d’important, un commandant des FARC, mais Ingrid Betancourt n’a pas eu de réponse lorsqu’elle a demandé de qui il s’agissait, le commandant disant ne pas le savoir.

 

Quand elle a vu arriver les hélicoptères blancs, Ingrid Betancourt a "senti quelque chose d’étrange", car pendant toutes ces années de captivité, entendre un hélicoptère signifiait attraper ses affaires, courir se cacher, devoir bouger d’endroit dans la jungle.

Devant les deux hélicoptères, la scène était "absolument irréelle", les hommes qui ont pris les otages en charge étaient comme les guérilleros des FARC, parlant comme eux, portant des T-shirts à l’effigie de Che Guevara, a expliqué Ingrid Betancourt, qui s’attendait à avoir affaire à un comité international... "Nous sommes montés dans l’hélicoptère, ils nous ont menottés... c’était vraiment humiliant", a expliqué Ingrid Betancourt.

 

Puis, tout à coup, à bord, il y a eu une commotion que la jeune femme dit ne pas bien avoir compris. Et elle s’est retournée et a vu le commandant qui pendant quatre ans l’avait gardée et parfois traitée cruellement, maîtrisé, à terre, les yeux bandés.

Et là, le chef du commando de l’armée colombienne a révélé l’identité du groupe et annoncé aux otages qu’ils étaient libres.

Et "l’hélicoptère a failli s’écraser, nous avons sauté en l’air, nous avons crié, nous avons pleuré, nous nous sommes embrassés", raconte Ingrid.

"Dieu, c’est un miracle", a dit avoir pensé la jeune femme, estimant qu’une telle opération était sans précédent.

Source: Linternationalmagazine.com