Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’Alliance Nationale n’existe pas, c’est une construction médiatique voulue par le chef de la sécurité soudanaise, Salah Gosh et dont la fiction arrange bien Deby et la puissance coloniale.

Pourtant le Soudan a soutenu Deby qui l’a trahi, puis elle a soutenu Mahamat Nour qui l’a trahit, elle soutient les opposants/businessmen qui, c’est leur nature, trahissent.

L’aveuglement soudanais à appuyer des gens qui se retournent contre eux ne s’explique pas uniquement par une méconnaissance totale et coupable de la réalité tchadienne.

La vérité est que, depuis des décennies, un énorme trafic, une corruption absolue et des chantages divers sont les moteurs de l’action soudanaise au Darfour et au Tchad.

Sans que Béchir le sache, certains responsables de la Sécurité Soudanaise gagnent une énorme fortune ainsi qu’une grande influence grâce à l’insécurité dans la région.

Afin de garder la haute main sur la « rébellion «  tchadienne, ils choisissent des corrompus plutôt que des gens capables et sincères.

Que leurs créatures leur échappent leur importe peu car ils sont facilement remplaçables.

Des dizaines de millions de dollars sont en effet distribués chaque mois sous des formes diverses et on comprend que les candidats ne manquent pas.

.

Toutefois lentement mais sûrement la vérité se fait jour.

C’est en menaçant l’opposition, en refusant le passage de la logistique nécessaire au combat, en corrompant, que la Sécurité Soudanaise impose ses pions comme soi disant « chefs de l’opposition «

Mais ces pantins ne sont pas respectés car ils ne représentent aucune réalité militaire et leur moralité laisse beaucoup à désirer.  En revanche les opposants/businessmen sont très forts pour se parer des plumes du paon, grâce aux haut-parleurs médiatiques dont ils disposent.

Malheureusement ces porte-parole sont si ridicules qu’ils discréditent gravement toute l’opposition.

C’est pourquoi la puissance coloniale leur ouvre le champ médiatique à tour de bras car, chaque fois qu’ils parlent, ils donnent de l’opposition une image honteuse et lamentable.

Petit à petit cependant, la crédibilité de l’opposition démocratique, patriotique et sincère commence à s’imposer.

La mobilisation ne faiblit pas autour d’Ibni. Les contacts avec des responsables internationaux se multiplient, les dossiers sont remis aux bonnes personnes  et tout cela finit par approcher de la masse critique.

 Un jour viendra ou la qualité de l’opposition imposera fatalement la relève d’un régime criminel et sans issue.

.

Dans un pays violent comme le Tchad, il ne peut cependant pas y avoir de solution, hélas, sans capacité militaire.

Or les combats contre le tyran sont menés par des militaires de carrière qui, professionnellement, n’aiment pas parler. Certains sont arabophones, la plupart ne connaissent pas l’internet ou n’y ont pas accès. Ils sont unis par la volonté tenace de renverser Deby et ils ont suivi, de bonne foi, des chefs corrompus et inefficaces.

Ces dirigeants de circonstance ont honteusement profité du sacrifice de ces combattants pour faire leur propre publicité.

Bien qu’ils aient fait croire le contraire, jamais ces opposants/businessmen n’ont disposé de troupes en grand nombre, en revanche évidemment ils avaient beaucoup d’argent.

Lors de la dernière attaque sur N’Djaména, ils se sont abondamment vantés mais ce sont les autres qui se sont battus.

Les colonels Scodin, Souleyman et d’autres, voilà les vrais héros de l’affaire mais on ne les a pas entendu. Ils étaient bien entendu soutenus et en accord avec les colonels Fizzani et Hassabalah.

Dans leur frénésie médiatique, les opposants/businessmen révélaient criminellement nos tactiques, nos positions et se partageaient déjà les places.

Nous ne voulions pas attaquer la capitale sans une pause tactique, nous permettant de nous ravitailler. Mais les opposants/businessmen pensant bénéficier du succès grâce au sacrifice des autres ont avancé bêtement et sans sécuriser l’aéroport.

Devant un tel gâchis nous avons laissé les opposants/businessmen faire face à leurs vantardises et Deby les a laminés.

Le même scénario s’est reproduit à Goz Beida.

La vraie opposition avait commencé à marcher contre Deby. Aussitôt, ayant grâce à l’argent de la Sécurité Soudanaise, recruté des enfants soldats dans les camps, les opposants/businessmen ont essayé de tirer les marrons du feu. Ils ont tenté d’avancer sur nos traces avant de tenter une manœuvre prématurée vers Biltine et , croyaient ils, vers N’Djaména ensuite.

Avec leurs communiqués délirants, ils se sont couverts ( et hélas nous avec par assimilation médiatique) de honte. Comme d’habitude ils ont réduit à néant toute tentative d’organisation rationnelle et discrète.  Repoussés à Biltine qu’ils disaient avoir pourtant conquise, ils ont alors fui vers Am Zoer ou ils se sont heurtés à une colonne du MJE bientôt renforcée par l’ANT.

Les deux parties se sont neutralisées dans un combat de très moyenne envergure. L’ANT a subi des lourdes pertes mais les businessmen ont été cassés en petits morceaux.

.

L’opposition démocratique, patriotique et sincère n’a rien à voir dans ce cloaque nauséabond.

Nos forces sont intactes. Elles sont composées de tous les militaires qui veulent mettre à bas le régime. La recherche de la liberté  anime ces soldats qui  ne sont pas au courant des mensonges des magouilleurs qui, dés qu'ils sont le point de voir mettre au jour leur impuissance, créent une nouvelle structure médiatique. C'est ainsi qu'on voit apparaitre tantôt le FUC, tantôt le CMU,  l’AN, etc.

Tout cela c’est de la combine, le gros des troupes ne connaît aucunement ces noms la.

Beaucoup de combattants sont des Ouaddaïens ou des membres de l’ANR( baptisée RDL par les Soudanais), créée dés l’origine par l’union de 11 parties diverses.

Mais de plus en plus toutes les composantes tchadiennes les rejoignent, Mimis, Arabes, Hadjeraïs,Dadjos, Bideyats, Sudistes… et y compris les Zaghawas et les Goranes.

Cette composante armée ne fera pas la paix avec Deby, elle constitue le socle d’une opposition irréductible au tyran.

Deby est soutenu par l’occupant colonial, les opposants/businessmen sont aux ordres du Soudan, les deux compères ne vient que par le soutien de l’étranger.

Nous sommes les représentants de l’opposition démocratique, patriotique et sincère.

On peut raconter des tas d’histoires avec l’argent soudanais, saoudien ou libyen.

On peut être monté en épingle par Deby et ses protecteurs car on constitue le repoussoir idéal.

Il existe quand même une vérité toute simple : les chefs (sic) ne cessent de changer, y compris de camp, ( Yaya Dillo éphémère patron du SCUD qui devait être au pouvoir dans les 3 mois, Nour, Timane, Nourri, Al Jinedi, etc…)  et de disparaître et pourtant la résistance armée se maintient.

C’est donc bien que ces supposés leaders n’en sont pas.

Ils ont été poussés dans la lumière par leurs marionnettistes mais ils ne représentent rien.

Les vrais leaders de l’opposition demeurent dans l’ombre ( beaucoup n’ont pas voulu être cités dans cet article), leurs plans sont mal connus de Deby et cela représente une bonne chose.

Comme nous ne souhaitons pas une confrontation globale qui serait trop meurtrière, nous rendons l’immense territoire tchadien hostile à Deby et à ses protecteurs.

Pour l’instant notre tactique est celle exposée par Mao : «  Quand l’ennemi avance, nous reculons, quand il recule nous avançons, quand il s’arrête, nous le harcelons ».

Cette guerre d’usure la, nous ne pouvons que la gagner car tout le peuple veut le départ du monstre. On ne gagne jamais à terme contre tout un pays.

Bien entendu le reste se prépare et sera appliqué à son heure !

.

anr.tchad@gmail.com