Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Depuis quelques jours,   l’espace médiatique en ligne  s’est emparé d’un débat sur le  clivage  au Tchad, un sujet ultra-sensible à l’origine du manque de sentiment national dans le pays.


Nombreux sont les Tchadiens qui admettent et prennent  les événements de  1979, comme le point focal d’une cassure sociale entre le Nord et le Sud et que  depuis lors,  la cohésion est rendue pratiquement impossible entre les concitoyens vivants dans un même pays.

Ce débat qui  refait surface sans cesse au Tchad, nous laisse poser quelques questions :

Est-il juste de penser que si  géographiquement le sud du pays est opposé au nord qu’il faut nécessairement une opposition politique qui bascule le pays dans un antagonisme socio-réligieux ?

 

Pourquoi la société tchadienne est-elle si clivée de nos jours ?

 

Il faut donc dire que l’équilibre social précaire né avec le  retour de la paix dans les années 1980, a été remis en cause avec l’avénement au pouvoir  d’Idriss Deby en 1990.

 

On peut constater aujourd’hui,  dans l’administration ou la société tchadienne, un développement  social séparé terrible, un repli sur soi, un communautarisme sans précedent et un répère identitaire qui se renforce dangereusement au sein d’une même famille.

 

Idriss Deby semble trouver réellement son compte dans ce jeu de division, de subdivision et de l’hyer-division  à la mode qui régne et emballe le paysage politique tchadien.

 

C’est au Tchad, où on peut constituer un parti politique, une organisation de la société civile et autres mouvements politico-militaires sur des bases  exclusivement  tribales et régionales.

 

Tout observateur étranger,  dés sa descente d’avion  au Tchad, est attérré et bouleversé de remarquer  la décomposition du tissu social,  la méfiance  grandissante et l’inégalité sociale dans laquelle vivent une proportion importante des Tchadiens prise en otage par une minorité géographique militarisée.

 

Tout le monde se plaint d’être victime d’Idriss Deby et de son régime qui pése lourdement  sur toute l’étendue du territoire par un régne de terreur et d’impunité sur des populations civiles désarmées et résignées.

 

Malheureusement, dans sa politique de fermété et ses pratiques réccurentes à terroriser les Tchadiens, Idriss Deby est soutenu et encouragé par des cadres à la fois du sud et du nord.

 

Nul n’est à mesure de lui dire clairement : Monsieur le Président,  le peuple se plaint de vous !

 

Au regard, de cette attitude d’allégeance à Idriss Deby des uns et des autres guidés par leurs intérêts propres, on peut affirmer sans risque de nous trouver que le clivage nord/sud est entretenu savamment par une classe politique peu soucieuse de la cohésion nationale.

 

Le Tchad  doit son existence à la volonté de tous ses fils de vivre ensemble dans une nation plurielle juste, égalitaire sans exclusion de l’une ou de l’autre de ses composantes.

 

La question de l’équilibre social au Tchad,  trouvera une réponse proportionnelle que si et seulement si tout citoyen de ce pays,  épris de l’amour et de fraternité,  accepte volontairement de se démarquer de ses incohérences sociales pour devenir un noyau d’intégration tchadienne.


 

Par Makaila Nguebla