Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’incertitude politique est la norme en Guinée depuis maintenant cinq ans. Elle fut d’abord liée à la crainte suscitée à partir de 2003 par la dégradation de l’état de santé du président Conté dans un contexte de faiblesse des institutions, d’instabilité régionale et d’imprévisibilité de l’attitude d’une armée traversée par des divisions de nature ethnique et générationnelle.

Conté résista bien à la maladie et aux menaces d’insécurité provenant de ses frontières avec le Liberia, la

Sierra Leone et la Côte d’Ivoire, mais son troisième mandat se révéla une catastrophe économique et sociale comme on pouvait le pronostiquer.

Le réveil de la société civile en général et des syndicats en particulier provoqua les grèves générales et les manifestations d’ampleur inédite en janvier et février 2007. Mais quinze mois après cette insurrection et l’avènement d’un gouvernement « de consensus » prometteur,

le pays revint à la case départ. La nomination d’un nouveau Premier ministre qui faisait partie du

système Conté fait peser des risques réels sur la possibilité d’une transition politique, d’une lutte contre

l’impunité pour les massacres de civils l’an dernier et même sur la paix dans les casernes comme en témoigne la révolte des soldats ponctuée de tirs en l’air terrorisant la population les 26 et 27 mai 2008.

Relancer l’espoir du changement tout en préservant la paix et l’unité du pays exige des acteurs sociaux et

politiques guinéens une difficile combinaison de détermination, de cohésion et de réalisme, et de la communauté internationale un choix clair en faveur d’une neutralisation progressive mais irréversible du régime Conté. À court terme, la préservation de l’intégrité du processus électoral et la poursuite résolue des travaux de la commission d’enquête indépendante sur les évènements de juin 2006, janvier et février 2007 sont prioritaires.

Dakar/Bruxelles, 24 juin 2008

Extrait du rapport de l'International Crisis Group