Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Incontestablement, il y a de similitude entre le régime d’Idriss Deby au Tchad et celui de Robert Mugabé au Zimbabwé.

En effet, si en vingt huit ( 28) ans de régne , Robert  Mugabé est accusé d’ opprimer son peuple, il en va de même pour Idriss Deby qui,  pendant dix huit (18) ans réprime dans un huis clos absolu toute la nation tchadienne.

Pour l’opinion publique tchadienne, ce qui se déroule au Zimbabwé est anodin, insignifiant voire bénin comparativement à la tragédie de nos populations sous Deby où des villages ont été rasés presque rayés de la carte du Tchad.

Nous suivons avec stuppeur les mouvements de contestations de la communauté internationale qui condamnent Mugabé et  laissent  régner en Afrique  des régimes de terreur comme celui de Deby, de Lansané Conté.

Sur le Zimbabwé, on a remarqué que la communauté africaine et internationale est divisée, pour les uns Robert Mugabé est héros national et qu’il faut soutenir même dans ses dérives dictatoriales, pour les autres l’homme est sénil, ramoli par le poids de l’âge et qu qu’il faut à tout prix déboulonner.

Sur le Tchad, la France qui apporte naturellement un soutien indéfectible et inépuisable à Deby, refuse d’admettre le caractère liberticide et autoritaire du régime de Ndjaména. Elle distille toutes les informations tendant à dénuder le pouvoir aussi dictatorial  de Deby.

L’opinion internationale s’est rangée du côté de Paris pour  méconnaittre délibérement la question tchadienne.

Pourtant, au Tchad, l’opposition démocratique a subi toutes les formes de répression politique dépassant les limites de celle de l’opposition zimbabweenne. Jamais des élections libres fiables n’ont été tenues sans être controversées  dans le pays.


Magré tout, la communauté internationale est restée sourde devant les  révendictions légales des opposants Tchadiens qui logiquement devraient être ses préoccupations.

 Cette remarque nous emméne à penser que parallément au  traitement du dossier zimbawéen à celui du Tchad, la réprobation de la communauté internationale est disproportionnée.

On peut comprendre donc d’emblée que les ennuis de Robert Mugabé,  ont débuté avec la réforme foncière ce qui justifie  l’acharnement de la communauté internationale à son égard.

Par contre, au Tchad, jusqu’à présent, le régime tchadien a su concilier et gérer ses relations  avec la France et entretenu des  rapports courtois avec les répresentants locaux souvent  corrompus  des organisations internationales accréditées dans son pays.

Devant une situation visiblement complexe qui engendre des conflits en Afrique, la communauté internationale devra adopter une démarche fondée sur l’honnêtété et la fermété à divers niveaux.

La pression sans cesse croîssante exrecée  sur le régime de Robert Mugabé  laisse place à une  spéculation dans l’opinion africaine.

Pour notre part, nous estimons que le régime de Deby au Tchad et celui de Mugabé au Zimbabwé s’identifie par une politique répressive  à l’encontre de leurs peuples. De ce fait, l’angle de perception de la communauté interanationale doit également être identique ,commune, objective et précise.

 
Par Makaila Nguebla