Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La situation est volatile mais pas si mauvaise que cela pour ceux qui veulent mettre à bas la dictature.

Tout d’abord l’opposition démocratique, patriote et sincère commence à sortir de l’ombre ou les connivences de tous ceux qui désirent un Tchad affaibli l’avait enseveli.

L’opposition du peuple commence à combattre à visage découvert.

.

Du même coup on s’aperçoit de l’analogie étonnante entre Deby et les opposants/businessmen.

D’abord jamais aucun d’eux ne parle de l’intérêt du peuple, ils ne se battent que pour les places. En outre la façon dont ils se font la guerre et ensuite la bataille des communiqués entre Deby et les opposants/businessmen montre bien une similarité de méthode.

Ces deux camps là,  travaillent de la même manière, ils croient que le mensonge peut servir de socle à une politique.

On ne peut rien faire avec tous ceux qui se sont compromis avec Deby, la gangrène morale qui les ronge est trop avancée, ils ne sont pas qualifiés pour remettre le pays debout.

Par conséquent tant mieux s’ils se battent entre eux, qu’ils s’affaiblissent réciproquement constitue une excellente chose. Que Nourri ait proposé d’aller à la soupe chez Deby était prévisible dés le début et nos lecteurs le savent bien.

Et de toutes façons ces gens la, même lorsqu’ils se prétendent amis, se détestent férocement.

.

Depuis un bon moment, exaspérés par la cupidité et le manque de civisme des pseudo partis d’opposition ainsi que par l’inanité des opposants/businessmen, des militaires se sont réunis au sein d’une Union Militaire Intégrée.

Instruits par le passé ( ou les plans mêmes de la rébellion étaient donnés en direct sur le net ), ils considèrent qu’il n’est pas utile  de parler à tout propos et les récentes déclarations des habituels haut-parleurs médiatiques ne font que renforcer ce sentiment.

.

Plusieurs milliers d’hommes bien armés et équipés sont aujourd’hui dans l’opposition au tyran. Ils sont commandés par de vrais militaires professionnels.

Ceux la savent que «  la guerre c’est dégueulasse et qu’il ne faudrait pas la faire s’il n’y avait pas Deby en face «.

Encore une fois répétons que face à nous il y a des compatriotes et nous hésiterons toujours à faire couler le sang tchadien. C’est le monstre qu’il faut faire déguerpir et l’affrontement généralisé doit être, si c’est possible, évité.

Il faut continuer à l’affaiblir, à le paralyser et à donner de lui l’image de ce qu’il est. C’est à dire non pas un dirigeant légitime mais un voleur, un tueur, un  génocidaire. Voilà pourquoi les dossiers que nous envoyons au CPI sont des armes aussi redoutables que des escadrons.

.

Ne soyons pas naïfs non plus, sans capacité militaire, il demeure impossible de déloger le tyran, son protecteur colonial et toutes les innombrables puissances qui considèrent le Tchad comme un camp d’entraînement.

Il ne fait plus de doutes que l’opposition contrôle l’ensemble du pays, le monstre est barricadé à N‘Djaména et il tient à Abéché car les forces d’occupation coloniale le protégent par leur simple présence «  active ».

L’ANT est tellement faible qu’elle présente comme un «  victoire décisive » un affrontement avec à peine plus d’une centaine d’enfants soldats.

Jamais Deby n’osera nous attaquer frontalement, et nous, encore une fois, nous ne le voulons toujours pas, préférant la guerre de mouvement et la frappe ciblée.

La saison des pluies qui arrive n’est pas, comme l’a cru Deby, un moment ou il pourra souffler.

Le tyran a acheté un nombre impressionnant de véhicules lourds et blindés, il vient de découvrir qu’il n’en tire aucun avantage car ils s’enfoncent dans la boue et ne peuvent traverser les ouaddis en crue. Le seul moment ou son armement blindé  lui a donné une supériorité tactique, c’est à Biltine, car c’est une plaine ou les opposants/businessmen se sont stupidement avancés. En dépit de cet avantage énorme, l’ANT a laissé filer ses ennemis. Sans les toros boros qui se trouvaient à Am Zoer, il n’y aurait même pas eu de réel combat.

La saison des pluies ne constitue pas une énorme gêne pour la rébellion car le ravitaillement en eau ne posera plus problème, la végétation permettra de se mettre à couvert et parce qu’une guérilla est toujours avantagée sur une armée régulière dans des conditions climatiques et géographiques difficiles.

.

Il existe désormais une coordination militaire de l’opposition. La jonction avec les mouvements armés du Sud représente une catastrophe tactique pour Deby.

En plus c’est la que se trouvent les puits de pétrole. Or la seule tâche allouée par les Américains et les Français au dictateur, c’est la sécurisation des exploitations pétrolières. S’il n’est pas capable de le faire, il sera éliminé par ses protecteurs.

Qu’on nous comprenne bien ! Jamais nous ne porterons atteinte aux exploitations pétrolières car il s’agit de la propriété du peuple tchadien. En revanche nous pourrions en prendre possession et les protéger de Deby qui utilise l’argent du pétrole pour s’enrichir, pour acheter des armes et tuer le peuple.

Si on laisse Deby continuer ses exactions, la haine est telle contre lui et ses protecteurs, que des réactions désespérées sont probables. La meilleure façon de protéger les champs de pétrole, c’est de chasser Deby et d’établir un pouvoir démocratique et stable à N’Djaména.

Seul un développement économique équilibré, seule la démocratie et l’Etat de droit sont les garants des intérêts investis au Tchad.

L’opposition actuelle est raisonnable et consciente de ses responsabilités.

Il serait extrêmement imprudent de continuer à nous ignorer, voire de nous nous combattre.

Qu’on nous laisse en paix et nous réglerons le compte de Deby.

Après nous discuterons avec tout le monde, de bonne foi, pacifiquement et selon les règles du droit international ou chaque Etat est souverain.

.

anr.tchad@gmail.com