Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

×Mobiliser pour Construire×

ACTION  TCHADIENNE  POUR  L' UNITÉ  ET  LE  SOCIALISME  

( ACTUS )

                Courriels : actus@club-internet.fr  ou  dley@hotmail.fr


N/Réf :
33/SG/2008

V/Réf :            

 

Déclaration du Secrétaire Général de l’ACTUS, Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum sur le soutien  de la France au dictateur Déby lors des combats du 13 juin 2008.

 

L’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme(ACTUS) suit avec  attention  le déroulement des opérations militaires déclenchées par les Forces Armées Populaires de l’Alliance Nationale (FAPAN).

L’obstination maladive du dictateur Déby d’accepter toute solution négociée que  proposent depuis plus d’une décennie les différents Partis politiques, mouvements politico militaires et personnalités indépendantes, sa propension congénitale à guerroyer sont les substrats qui justifient la légitime défense des Forces de résistance de  l’AN.

Notre Parti ACTUS a milité ou œuvre pour la tenue d’une Conférence de paix inclusive de paix au sein des différents mouvements, CMAP, CMAP/dd, COPORT et récemment dans le Groupe de Libreville dirigé par le Président Goukouni Weddeye avec l’appui du Président Gabonais Omar Bongo Odimba. Toutes ces initiatives de bonne volonté pour trouver une solution pacifique au problème tchadien se butent  systématiquement à l’intransigeance du dictateur Déby. Un seul individu qui prend en otage 10 millions de Tchadiens, cela est insupportable pour toute personne pourvue d’un minimum de réflexion et d’humanisme !

Notre Parti, l’ACTUS se réjouit des éclatantes victoires militaires sur la soldatesque du tyran et apporte son soutien militant aux vaillants  patriotes résistants car cette lutte contre l’oppression du régime dictatorial est légitime. En effet, Le droit à la résistance des peuples contre la domination, l’oppression, l’esclavage… est reconnu par la déclaration universelle des droits des peuples d’Alger du 4 juillet 1976 en son article 6 qui stipule: « Tout peuple a le droit de s’affranchir de toute domination coloniale ou étrangère directe ou indirecte et de tout régime raciste…» De plus le préambule de la constitution de la République du Tchad  du 31 mars 1976 révisée, dit : « Affirmons notre opposition totale à tout régime dont la politique se fonderait sur l'arbitraire, la dictature, l’injustice,la corruption, la concussion, le népotisme, le clanisme, le tribalisme, le confessionnalisme et la confiscation du pouvoir…»

 

Dans sa récente déclaration du dimanche dernier à Abidjan, le Ministre Français des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner  a affirmé que la  France n’interviendrait pas dans le conflit entre les Rebelles et le pouvoir.

Cette déclaration d’intention à usage diplomatique préparerait une nouvelle stratégie qui  serait encore plus néfaste pour les Forces Armées populaires de l’Alliance Nationale (FAPAN). En effet, les leçons du 2 février 2008 militeraient en faveur de ce constat :

 -         pendant l’avancée fulgurante et plein d’espoir du Comité Militaire Unifié (CMU) vers N’Ndjamena, le gouvernement français a multiplié les déclarations conciliantes voire qu’il lâcherait le dictateur Déby

 -         Parallèlement à ces déclarations de bonnes intentions, le gouvernement français préparait une résolution  favorable au dictateur, condamnant le CMU, accélérant ainsi  le déploiement de l’Eufor au Tchad et en Centrafrique. Les résolutions1769 et 1778 d’inspiration française avaient permis  de justifier et de légitimer la mission et la présence des troupes françaises au Tchad qui continuent à protéger militairement depuis 18 ans le tyran Déby.

-         Le quotidien catholique français La Croix  du  8 février 2008 révélait  l’envoi par le gouvernement français du  COS (Commando  des Opérations spéciales) qui avait permis de sauver le despote dont le palais rose fut encerclé par les Patriotes résistants tchadiens du CMU.Au demeurant,on n’accuserait pas ce journal chrétien de connivence avec les Résistants tchadiens qualifiés par ailleurs par les  réactionnaires d’islamistes et de mercenaires à la solde du Soudan. Et pourtant tous les dirigeants de la résistance tchadienne sont bien des Tchadiens et furent de surcroît des anciens Ministres,Ambassadeurs, Officiers supérieurs, Hauts fonctionnaires… C’est le du Général Mahamat Nouri(Ancien Ministre et ancien Ambassadeur en Arabie Saoudite),du Colonel Ahmat Hassaballah Soubiane(Ancien Ministre et ancien Ambassadeur aux USA),Abdelwahid Aboud Makaye, du Dr Abakar Tollimi(Ancien Directeur de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature du Tchad), de Tom Erdimi (neveu du dictateur Déby et son Ancien Directeur de Cabinet ), du Dr Ali Gadaye (Ancien Secrétaire Général de la Cen Sad à Tripoli), Koullamallah Abderahmane (Ancien Ministre), Colonel Adoum Yacoub(Ancien Chef d’Etat Major de l’Armée tchadienne)…

                                                                                                                                 Ce lundi 16 juin 2008, le même scénario de la défense du locataire du palais rose se met en place : Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a franchi le pas en se joignant à la Commission de l'Union africaine (UA), évidemment sous les bons offices de la France afin de condamner l’offensive des « Rebelles ». Ces résolutions « condamne toute tentative visant à déstabiliser le pays » Cependant elles ignorent royalement que la genèse du conflit est la dictature implacable du Général Président Deby qui a donné suite à la réaction du Peuple pour sa survie en prenant les armes.

Qui mieux que les Masses populaires tchadiennes victimes des assassinats, des exécutions extrajudiciaires, des violes, des pillages de ce régime en 18 années de dictature sauraient apprécier les souffrances endurées ? Pourquoi la France persiste t-elle à faire l’apologie du régime despotique tchadien auprès des institutions internationales ? Pourquoi toutes ces « vénérables » institutions qui prétendent être le chantre de la défense des Droits de l’Homme deviennent aphones et myopes face au génocide programmé du Peuple tchadien, et ce malgré tous les Rapports des ONG internationales des droits de l’Homme qui estime à plus de 25000 le nombre de Tchadiens tués par ce régime ?

La lecture de quelques ouvrages ou articles consacrés au criminel dictateur Déby sont édifiants sur la nature criminogène du sinistre personnage :« Tchad le procès d’Idriss Déby, Témoignage à charge » de Ngarlejy Yorongar, éd. L’Harmattan,Paris, 2003. « Noir Silence, qui arrêtera la Françafrique» de François-Xavier Verschave, éd. Les arènes, Paris, 2000 et « Noir Procès » de François-Xavier Verschave et Laurent Beccaria, éd. Les Arènes,Paris, 2001, Dossier Noir de la politique africaine de la France N°13, éd. L’Harmattan, Paris, 1999, « Tchad : sait-on vraiment ce qui se passe ? » dans l’hebdomadaire Jeune Afrique n°1855 du 24 au 30 Juillet 1996 du Pasteur suisse Roland Hammel…

En 18 ans de règne, le Général-Président Déby n’a remporté démocratiquement aucune élection. Les Présidentielles de 1996 et 2001 ont été confisquées grâce aux hold-up électoraux supervisés par le spécialiste de fraudes électorales, agent de l’impérialisme français (la Françafrique), Monsieur Grand Esnon (Cf. Ouvrages, « Noir Silence, qui arrêtera la Françafrique» de François-Xavier Verschave, éd. Les arènes, Paris, 2000 et « Noir Procès » de François-Xavier Verschave et Laurent Beccaria, éd. Les Arènes, Paris, 2001). Le Canard Enchaîné n°4463 du 10.05.06, a même titré à ce propos « L’armée française agent électoral au Tchad »

Pourquoi ce lourd silence face à toutes ses révélations gravissimes de ces multiples Ouvrages, Rapports et Articles de presse sur la délinquance financière (contrefaçons de billets de dollars de Bahreïn), la mauvaise gouvernance (détournements des revenus du pétrole pour l’achat des armes), pillages des deniers publics, assassinats... dont est coupable le dictateur Général-Président Déby ?

De ce qui précède, l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme (ACTUS) reste sceptique à la  déclaration du Ministre Français des Affaires Etrangères, Dr Bernard Kouchner, laquelle risquerait d’anesthésier et de démobiliser une partie des Forces de résistance  populaire de l’Alliance Nationale (FAPAN) et quelques esprits inconsciemment crédules par espoir excessif et hypothétique de paix avec le despote Déby.

La stratégie mainte fois éprouvée par l’impérialisme français pour sauver les dictateurs de la Françafrique en répondant positivement aux « SOS dictateurs en danger » est bien en cours dans le cadre présent du Tchad.

Les coïncidences sont troublantes et l’histoire serait en train de se répéter. En effet, pendant cette offensive des Résistants tchadiens, la répartition des rôles entre le dictateur Déby et le Ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner  a été synchronisée : le premier aurait fait tirer sur les troupes de l’Eufor par sa milice le MJE, le Mouvement  terroriste soudanais qui combat les Forces de l’’AN  et le second lança d’abord que la France n’interviendra pas puis quelques 48 heures plus tard, d’autres Officiels français déclaraient  que la France soutient le Gouvernement « légitime et démocratiquement élu ».

Le but avoué de cette partition cynique de stratégie est de préparer l’opinion internationale d’accepter l’intervention des troupes françaises et de l’Eufor aux côtés du tyran au nom de la légitime défense car elles seraient agressées par les Forces de l’Alliance Nationale  mercenaires soudanais et  islamistes et non par le MJE.

Enfin, le comble du cynisme a été atteint et ce qui confirme le soutien sans faille de l’hexagone au dictateur, c’est que suite à cette déclaration du Ministre Kouchner, les troupes gouvernementales ont lancé immédiatement la contre offensive grâce aux renseignements et à la logistique de l’Armée française au Tchad. Si la France était pour la paix, elle n’aurait pas du inciter et soutenir ce va t’en guerre contre le Peuple et  mieux  encore faire faire pression sur lui pour l’en dissuader.

Pendant cette offensive du tyran, les autorités françaises sont subitement devenus aphones et aveugles : cette fois-ci aucune déclaration appelant à la retenue et à la paix en direction de leur  petite créature enragée, ne serait-ce qu’hypocrite n’a été faite. Le Général-Président Deby aurait  donc reçu le feu vert et l’assurance et le soutien de la France pour cette nième agression militaire contre le Peuple tchadien à travers son bras Armé, les Forces Armées Populaires de l’Alliance Nationale (FAPAN) dirigées par le Général Mahamat Nouri.

La France concoctera une nouvelle résolution pour le Conseil de sécurité pour légitimer une nouvelle frappe contre le Peuple tchadien qui se bat depuis 18 ans contre cette petite créature criminelle de la Françafrique, le dictateur Général Président Déby. Sauver à tout prix le Soldat Déby, tel est le leitmotiv de  l’Hexagone  et de l’Elysées. La vie des pauvres noirs tchadiens importe peu, pourvu que les intérêts économiques, géostratégiques de l’impérialisme français, soient garantis par le Soldat Déby qui continue d’assassiner des milliers de citoyens par an.  Ce comportement de la Françafrique est évidemment  d’essence raciste pour le manque de respect de la vie des descendants de ceux là même dont les grands parents étaient morts par milliers au front en 40-45 pour libérer la France de la tyrannie du Nazisme. Quelle ingratitude !!! La France, pays de démocratie qui envoye  ses soldats défendre un dictateur contre la volonté d’un peuple qui se bat pour la liberté, cela jette de l’opprobre sur ce pays qui a été le berceau de la déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen.

 L’ACTUS reste sceptique et ne peut croire que ce qu’elle constate comme actes concrets  forts qui suivraient de manière concomitante cette déclaration. Ce qui n’est pas le cas présent. Ces gestes forts que nous attendions sont  aussi la position intangible de notre Parti, réaffirmée à maintes reprises depuis de nombreuses années :  

1-     l’arrêt des survols des positions des Forces de l’AN par l’aviation des troupes française au Tchad,

2-     l’arrêt de communiquer les renseignements et offrir la logistique à l’armée gouvernementale,

3-     programmation de retrait des Troupes et fermeture des bases militaires françaises au Tchad 

4-      la repentance officielle du gouvernement français face à son soutien constant aux dictateurs tchadiens successifs et qui a coûté la vie à plusieurs centaines de milliers de nos compatriotes depuis plus de 40 ans.

5-     l’application de la loi du 3 avril 2003, interdisant formellement le mercenariat aux ressortissants français. L’histoire criminelle de la Françafrique nous a enseigné que les gouvernements Français ont agi, masqués contre les Peuples Africains par le truchement des « Corsaires de la République» à l’instar du célèbre mercenaire Bob Denard mort de sa mort  en toute quiétude de retour en France après les crimes contre l’humanité  commis en Afrique.

Le Peuple français en son temps avait suivi l’Appel du 18 juin 1940 du Général De Gaulle à la résistance armée contre le l’occupant Nazi  et son collabo le Maréchal Pétain.

La résistance française était une légitime réaction aux crimes nazis. Les FTP-MOI et FFI étaient des rebelles et résistants. Le Peuple tchadien insurgé a aussi le droit à l’instar du Peuple français de se rebeller et de résister contre un régime fasciste qu’incarne à merveille cette petite créature malfaisante de la Françafrique, le Dictateur Général-Président Idriss Déby Itno.

Pourquoi l’opinion internationale ne doit-elle pas reconnaître ce même droit à notre Peuple de résister pour sa survie contre cette dictature sanguinaire imposée à notre Peuple par l’impérialisme français depuis 18 ans? 

 La liberté a une valeur inestimable. A défaut  d’une acceptation par le dictateur Deby d’une conférence de paix inclusive, les Masses populaires tchadiennes ont le devoir et le droit de continuer la résistance armée jusqu’à la mise hors d’Etat de nuire ce régime criminel.

 Notre lutte pour la survie et pour une existence dignement humaine est juste.Nous avons le droit et le devoir de l’arracher par tous les moyens y compris militaires.

Refusons la soumission, l’esclavage et l’exploitation imposés par l’impérialisme de la Françafrique. Choisissons nous-mêmes nos Dirigeants et notre Projet de Société afin de bâtir un Tchad, libre, démocratique, prospère et où  régneront la justice sociale et la paix.

   -  Hommage  à tous les résistants tombés sur le champ d’honneur pour  libérer

           la Patrie de la tyrannie

 

-   Gloire aux Forces Armées Populaires de l’Alliance Nationale  (FAPAN)

 

-   Honneur à tous les Patriotes résistants qui œuvrent à leur échelle

    diplomatiquement et / ou militairement pour l’avènement d’un Tchad nouveau.

 Unissons-nous, la Patrie ou la mort, nous vaincrons et imposerons notre destin face à l’impérialisme!

 

Le 16 juin 2008

                                                                                

Pour  l'ACTUS (Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme)

Le Secrétaire  Général

Dr  LEY- NGARDIGAL  Djimadoum