Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Au Tchad, les affrontements ont opposé ce jour du 13 juin 2008 dans le Dar Silla les organisations politico-militaires de l’est aux troupes d’Idriss Deby.

 Les informations livrées   de part   et d’autre  des acteurs en  conflit ne donnent pas cependant aucun  bilan militaire.

Si nous avons pu écouter  M.Ali Gadaye, porte-parole de l’Alliance Nationale (AN) intervenir sur Rfi pour annoncer éphoriquement la reprise des combats et affirmer que ses forces ont abbatu un avion de l’armée tchadienne et un  autre contraint d’attérir à Abéché, on attend toujours que va dire le Gouvernement tchadien ?


Mais, il convient de constater que le régime de Ndjaména, sombre  dans un embarras total de se prononcer officiellement sur l’évolution de la situation militaire  en cours.

Aujourd’hui, dans cette reprise des hostilités, un homme  dont le parcours politique,   ne passe pas inaperu cristalise la polémique autour de sa personne. Il s’agit du Général Wadal Abdelkadre Kamougué, actuel ministre de la défense d’Idriss Deby. 

On peut se souvenir qu’en 1990, M.Kamougué, ministre de l’Agriculture sous Hissène Habré, avait déjà pris part aux différents  combats face à Idriss Deby, à l’époque à la tête d’une rebellion.


Mais, pour des Tchadiens initiés et prevenus de la guerre du Tchad, le Général Kamougué, ne peut apporter de nos jours grands choses, car, il n’a pas pu empêcher par le passé empêcher le renversement du pouvoir d’alors.

De plus, un débat  hante les esprits de l’opinion nationale et internationale,  ce sont les accords de défense entre le Tchad et la France, denoncés tour à tour par l’actuel ministre de la défense, aujourd’hui mis devant un fait accompli.

C’est pourrquoi, le silence du Général Kamougué témoigne sa position inconfortable dans le Gouvernement de M.Youssouf Saleh Abbas promu lui aussi  au poste de Premier ministre dans des circonstances très controversées.


Pour tout observateur dans le conflit tchadien, ce qui rassure, c’est l’incapacité physique du Général Kamougué, ramoli par le poids de l’âge et en perte de ses réflexes militaires qui ne lui permettent plus de diriger des combats d’envergures que le pays connaît en ce moment.


La contribution militaire  du Général Kamougué,  aux côtés d’Idriss Deby,  n’apportera aucun changement notable sur le terrain militaire dans la guerre qui oppose les forces politico-militaires à l’armée gouvernementale rongée par une discrimination interne.

 Par Makaila Nguebla