Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 De retour de Khartoum, où elle a été reçue par le Général Oumar Hassane El-bechir, dans le cadre de la résolution du contentieux qui oppose le Tchad au Soudan, une délégation du Conseil de Sécurité  de l’Organisation des Nations Unies (ONU), arrivée à Ndjaména,  le vendredi, s’était contentée simplement d’une audience avec le Premier ministre Youssouf Saleh Abbas alors qu’ Idriss Deby, se trouvait au palais présidentiel, avait délibérement refusé de la recevoir.



Scandalisée,  une source diplomatique a crié : « C'est la première fois qu'un président ne reçoit pas la délégation», "En faisant cela et dans la situation dans laquelle il (le président Deby) se trouve, il prend des risques" à l'égard de sa relation avec la communauté internationale, a estimé celle-ci.

Ici, Idriss Deby que nous traitons de grénouille s’est imposée à son peuple par la faute justement de la communauté internationale, connue complaisante à  son égard  et la complicité à de la France son principal soutien.

L’Onu qui incarne le bœuf, essuie, aujourd’hui, au Tchad, un affront de taille le plus abominable d’une institution internationale censée s’imposer à ses membres par sa politique de  fermété et sa prise des décisions ne devra subir.


Mais, pour l’opinion publique  tchadienne très avertie, cette attitude méprisante et avilissante d’Idriss Deby à l’égard des organisations et membres de la communauté internationale ne surprend personne.


Comme nous l’affirmait dans la soirée du samedi,  un opposant Tchadien, analyste politique établi dans une capitale africaine : « De toutes les façons,  le peuple tchadien n’attend rien de la communauté internationale encore moins de sa médiation entre El-bechir et Deby, étand donné que le problème tchadien, qui est le plus crucial, reste toujours occulté par celle-ci dans le mépris total du mélodrame de nos populations ».

Terriblement et Visiblement agacé, l’analyste politique Tchadien et dissident au régime de Deby, cache à peine son amertume devant les rapports qu’entretient la communauté internationale avec le pouvoir de Ndjaména, dont  l’image est assombrie par de nombreuses faillites qui caractérisent  un Etat de non Droit.


Il suffit d’imaginer la lapidation médiatique et la tournure qu’aurait prise cette affaire contre  El-Béchir, s’il avait refusé de recevoir cette délégation onusienne.


C’est là, le nœuds de toute la problèmatique du différend entre Deby et El-béchir dont la communauté internationale s’échine de résoudre avec une démarche qui ressemble à une politique de deux poids, deux mesures appliquée selon des orientations de certaines puissances étrangères qui activent la diplomatique internationale pour leurs propres comptes.


Aujourd’hui, de façon permanente, nous réiterons incessamment notre appel à la France, aux médias internationaux et aux  membres de la communauté internationale de traiter équitablement  les questions les plus graves des conflits qui affectent durablement le Tchad et le Soudan.


D’ici là, nous attendons les risques sinon, les conséquences que  la grénouille Idriss Deby va encourir  face au bœuf qu’est l’Onu.

 

Par Makaila Nguebla