Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Au Tchad, la démocratie pose problème d’interprétation aussi bien dans les esprits des citoyens que les acteurs politiques engagés dans cette voie, depuis l’avénement  sur le continent de ce que on appelle l’exercice du pouvoir par le peuple et pour le peuple.

Selon la France, qui a porté en 1990,  Idriss Deby au pouvoir au Tchad, elle aurait  trouvé en lui, l’homme providentiel pour le peuple de ce pays, qui a tant souffert des atrocités de la guerre par la faute et la turpitude de sa classe politique.

 

Elle n’a donc pas réellement aidé les populations tchadiennes, qui, du jour au lendemain éprouvent des difficultés majeures dans leur existence.

 

La démocratie tchadienne sous le régime d’Idriss Deby, est autoritaire, elle est l’opposée d’une véritable expression populaire souhaitée et réclamée  par l’ensemble du peuple tchadien.

 

Il est admis de dire qu’ au Tchad, la liberté de presse et d’opinion est baîllonnée, les journalistes s’exilent,  la société civile, cinquième pouvoir est plus préoccupée par ses propres  intérêts personnels que collectifs, les leaders de l’opposition démocratique se trahissent quotidiennement.

 

Ce constat amère et triste, nous emmène à nous poser la question suivante : que reste-t-il de l’opposition à Idriss Deby ?

 

Rappelons que dans ce pays, les membres de  l’opposition dite significative et démocratique sont connus des populations qui n’attendent d’ailleurs  rien d’eux pour le simple qu’ils pratiquent une politique de survie.

 

Les Tchadiens affirment que la plupart des leaders des partis  politiques s’opposent au pouvoir d’Idriss Deby, juste pour se faire remarquer et inviter au partage du gâteau. Du coup,  ils changent de discours vis-à-vis du même pouvoir qu’ils stigmatisent à travers des meetings et autres rencontres publiques.

 

Le retour des membres de la CPDC au Comité de suivi de l’accord du 13 août 2007, n’est donc plus une surprise pour le peuple tchadien.

 

Un opposant Tchadien établi, en Afrique, a laissé entendre à notre rédaction qu’avec des gens comme Saleh Kebzabo , on ne peut espérer grand-chose : «  C’est un monsieur trop sournois, cupide  et  rusé , il vous dit quelque chose le matin et change le soir.Il est idem qu’Idriss Deby ». a conclut l’opposant Tchadien, qui, par ailleurs a été l’un des acteurs qui connaît mieux l’espace politique tchadien et ses leaders.

 

 

Malheureusement, l’opposition démocratique au Tchad, confirme aujourd’hui,  le lourd soupçon qui pése sur elle.

 

La disparition d’un de ses amis et compagnons de lutte à savoir le Dr Ibni Oumar Mahamat Saleh ne figure plus dans son agenda comme préalable et révendication.

                        

Au Tchad, de deux choses l’une, le peuple doit son salut au changement politique  qu’en comptant sur ses propres forces.

 

 

Par Makaila Nguebla