Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Vague de violences xénophobes en Afrique du Sud : besoin urgent d’une réponse politique


 

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) condamne fermement la vague de violences xénophobes qui sévit actuellement en Afrique du Sud et qui aurait déjà causé la mort de plus de 20 personnes.

 

Le 11 mai dernier, de violentes attaques ont éclaté dans la banlieue d’Alexandra, au Nord de Johannesburg, avant de s’étendre à toute la province du Gauteng, prenant pour cible les étrangers venant des pays voisins, notamment les Zimbabwéens et Mozambicains. Ces violences perpétrées contre les étrangers, accusés par beaucoup de sud-africains d’être responsables des malaises sociaux et de la criminalité, ont forcé près de 6000 personnes à trouver refuge dans les églises ou les commissariats de police, expulsés de leur domicile ou tentant d’échapper aux coups de feu, aux incendies et même aux viols.

« Nous sommes profondément attristés par la brutalité de ces événements. Les autorités Sud-africaines doivent prendre des mesures d’urgence pour mettre fin à cette violence xénophobe meurtrière. Elle doivent tout mettre en oeuvre pour s’assurer que les responsables de meurtres, viols ou toute autre forme de violence physique soient traduits en justice », a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH.

Selon la Commission des Droits de l’Homme Sud-africaine (South African Human Rights Commission, SAHRC), institution dont le mandat est inscrit dans la Constitution, ces attaques sont le résultat de l’échec du gouvernement dans la prévention des sentiments xénophobes. Ces préoccupations avaient déjà été soulevées par la FIDH dans son récent rapport d’enquête sur la situation des migrants en Afrique du Sud, Surplus People ? Undocumented and other vulnerable migrants in South Africa, rapport qui met en évidence les violations les plus inquiétantes des droits des migrants, imputables à la politique migratoire sud-africaine orientée sur des questions liées à la sécurité et au contrôle de la population.

Aujourd’hui, la FIDH réitère les recommandations formulées dans son rapport à l’attention des autorités sud-africaines, les appelant à renforcer leur cadre légal relatif au respect des droits de l’Homme aux fins de prévenir les violations des droits des personnes migrantes. La FIDH les appelle de nouveau à dispenser, à l’échelle nationale, des sessions de formation aux personnels des services de police, de l’immigration, des services publics de santé et d’éducation ainsi qu’à ceux des administrations locales, sur les droits des migrants et contre la xénophobie. La FIDH les invite encore une fois à mener des recherches et à développer un programme d’étude sur le nombre et les catégories de migrants présents en Afrique du Sud, sur les raisons de leur installation ainsi que sur leur rôle dans l’économie sud-africaine et au sein de la société.

La FIDH, qui a participé à la 43ème session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP), qui se tient à Ezulwini, au Swaziland, depuis le 7 mai 2008, a également fait part, lors des séances publiques, de ses préoccupations concernant la situation des migrants en Afrique du Sud. La FIDH appelle la CADHP, qui achève actuellement ses travaux, à adopter une résolution d’urgence condamnant cette situation de crise et à garantir à son Rapporteur spécial sur les réfugiés et les personnes déplacées en Afrique, les moyens nécessaires aux fins de mener une mission d’enquête en Afrique du Sud, dans le cadre de son mandat.

Source: FIDH