Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Matthis Chiroux, un sergent de l'armée américaine, a annoncé publiquement sa désertion motivée par son refus de retourner combattre en Irak. »

« Cet acte heurte sa conscience! »

Le sergent américain, Mathis Chiroux vient de déclarer aux Etats Unis, au monde et à l’armée américaine, qu’il refuse d’être déployé en IRAK. Il motive sa décision parce qu’il ne veut pas participer à l’envahissement de l’Irak. Mais, au-delà de cet acte anticonstitutionnel, il dit haut et fort que cet acte heurte sa conscience!

Depuis le début de la guerre d’Irak, j’ai mal pour le peuple irakien qui voit au quotidien, ses enfants, ses jeunes, ses femmes  et ses hommes mourir dans un silence universel. J’ai vu, j’ai mal et je me suis tu. Je me suis tu tout ignominieusement. J’ai enfoncé ma tête comme l’autruche, dans un profond trou, et me suis tu.

J’ai regardé des années durant devant ma télévision, des irakiens, des américains et de pauvres mercenaires voulant obtenir la nationalité américaine, mourir au nom de la « liberté ». Des deux côtés, ils luttaient et s’entretuaient au nom et pour le même idéal «  la libération du peuple contre les forces du mal ». De chaque côté, les forces du mal étaient en face.

J’ai regardé et avec moi, des millions d’individus ont vu sous leurs yeux, l’horreur se banaliser. La couleur rouge du sang qui ternit l’image de calme et de beauté de notre environnement, ne nous gêne plus. Même pas un rictus, une prière, un signe de tristesse, une larme quand nous voyons un petit corps innocent déchiqueté, une femme qui se tord de douleur, les boyaux hors d’elle, un homme qui perd son bras.

 Rien, rien. Les images défilent devant nos yeux pendant que nous avons la bouche pleine, la déglutition facile et la digestion sans problème. Cela ne nous concerne pas, cela ne me concerne pas. Erreur me dit le sergent Mathis Chirous. Erreur, erreur et encore erreur nous crie t-il.

« Si cette guerre injuste heurte ma conscience de sergent de la plus puissante des armées, si ces enfants qui meurent heurtent ma conscience de père, si la mort dans mes bras de mes compagnons d’arme heurte ma conscience, si la mort de ce civil qui au bout de mon fusil à lunettes n’entend pas la détonation de la balle qui mettra fin à ses jours, heurte ma conscience, ta conscience aussi doit être heurtée, si tant est, homme tu es. »

C’est pourquoi j’ai eu conscience que j’ai été traumatisé par le « 11 novembre » et, de peur d’être considéré comme un complice ou un sympathisant de forces du mal, je me suis tu et ma conscience a encaissé tous ces heurts dans la souffrance et l’indignation.

Je souffre chaque fois qu’une balle ôte la vie à un être humain.

Je souffre chaque fois qu’une explosion aveugle déchiquette des gens en quête de pitance.

Je souffre chaque fois que je lis dans les yeux d’un pauvre soldat accroupi derrière un faible rempart de protection, la peur de la balle qui rendra des enfants orphelins.

J’ai eu peur, et j’ai encore peur. J’ai peur pour l’innocent israélien en prière sur le mur de lamentation. J’ai peur pour l’enfant de Gaza. J’ai peur pour la vendeuse d’orange du Liban. J’ai peur pour l’afghan des déserts arides. J’ai peur pour le vaillant kurde. J’ai peur pour mes parents de la verte Casamance. J’ai eu peur, et j’ai encore peur pour tous ceux qui en ce bas monde, côtoient et tutoient la mort.

J’ai peur, mais je me refuse d’être un lâche. Avec moi, venez dans un cri mondial, refuser d’être des lâches. Merci sergent. Peuples d’Afrique et du monde, faisons nôtre le combat du sergent Mathis Chiroux. Venez avec le sergent et tous les hommes épris de paix, dire haut et fort :

Non à la violence. Non aux guerres. Oui à la paix.

Oui à la « CHAINE DE LA PAIX ».

Envoyer votre adhésion à l’adresse ci-dessous :

Professeur El Hadj Hamidou Diallo,

Secrétaire Général du BLOC POUR LE RENFORCEMENT DE LA DEMOCRATIE AU SENEGAL (BRDS),

12 rue Niard Sicap rue dix, Dakar, Sénégal.

Tel 221 33 868 42 48, tigo 221 76 682 83 09,

orange 221 77 444 21 94.

partirds@yahoo.fr, fendec@yahoo.fr

 

S'IL VOUS PLAIT, FAITES PASSER.