Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

 

Pour les initiés et avertis que nous sommes,  de l’ingérence du Tchad dans la crise du Darfour, il était prévisible , depuis plusieurs mois et  les informations qui nous parvenaient, faisaient état des préparatifs d’offensives militaires du Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE) du Dr Khartoum contre le Gouvernement du Soudan.

 

Entraînés par l’armée tchadienne et des officiers Français à Abéché et à Loumian à 80km, de  Ndjaména, les rébelles du Darfour notamment ceux du MJE, avaient bénéficié en outre d’un apport militaire conséquent des autorités  tchadiennes qui ont décidé de répliquer au Soudan après les offensivies  manquées de la rébellion tchadienne sur Ndjaména.

L’armée tchadienne avait fourni environs  700 véhicules tout terrain, des armes et   munitions, des finances, des carburants et de la logistique  aux élèments du MJE et que Dr Khalil Ibrahim en personne , était aperçu à maintes fois à Ndjaména et ses déplacements s’étaient accrus vers l’est du Tchad.
 
Ce qui devrait arriver arriva et nous voici devant une situation explosive sans surprise.

Selon une source bien informée, une grande base militaire de l'armée tchadienne, a été installée à Addé, et le renforcement de la base d'Adré  pour appuyer cette offensive militaire du MJE. Le Tout était, bien soutenu par les élèments Français aussi présents dans l'Eufor que dans l'opération militaire de coopération franco-tchadienne.

Rappelons, comme en 2003, la France a couvert et soutenu, le coup d'Etat mené par Idriss Deby en Centrafrique et la tentative échouée du coup d'Etat mené au Soudan et qui a déclenché le conflit du Darfour actuel.
Ce qui confirme à juste titre qu'Idriss Deby est bien l' instigateur de ce conflit et pour des intérêts géo-stragétiques aux détriments des peuples Tchadiens et Soudanais, la communauté internationale, toute entière soutient ce drame en appuyant le dirigeant Tchadien.

Comme au Rwanda, en Bosnie Herzégovie etc..., la communauté internationale  et surtout la France ont montré non seulement leurs limites,mais une complicite tacite aux côtés des grands criminels.

Idriss Deby accuse souvent ses adversaires et ennemis de mercenaires,mais quel régime africain est aujourd'hui, plus mercenaire que le sien?

Les exemples ne manquent pas: Au Congo, en soutenant Nguessou contre  Pascal Lissouba, au  Zaïre, combien de Tchadiens envoyés par Idriss Deby, étaient partis mourir comme des mercenaires, en Côte d'Ivoire, en soutenant Guillaume Soro via Compaoré,sans oublier l'installation en RCA de Bozizé et enfin l'affaire Darfour qui a eu toutes ses origines à partir du palais de Deby au Tchad.


Les opérations menées par les troupes du MJE contre Khartoum, témoignent la détermination de Ndjaména  de porter la guerre dans la capitale soudanaise et créer une psychose généralisée.

 Rappelons qu’à peine deux mois, à Dakar, au sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), Idriss Deby et Oumar Hassane El-Bechir, avaient signé à contre-cœur un accord de non agression. Aujourd’hui, l’incursion de la rébellion du MJE, remet en cause immédiatement la validité dudit  accord de Dakar,  volé en éclat  pour laisser place à une incertitude totale en terme des rapports de bons voisionnages entre le  Tchad et le Soudan, qui, d’ailleurs ne cessent de s’accuser mutuellement et se font la guerre par rébelles interposés.

La rupture par le Soudan de ses relations diplomatiques  avec le Tchad, présage  un regain de tension transfrontalière.

Certaines sources,  informent   que les principaux  mouvements de la rébellion tchadiennne, auraient bougé de leurs positions à l’est et que leurs chefs qui se trouveraient à Khartoum auraient également regagné leurs bases militaires dans la soirée d’hier.

Les attaques des rébelles du MJE contre l’armée soudanaise, laisse constater un traitement d’informations sommaire surtout avec une manière fugitive  de cet événement par la presse internationale.

Il faut aussi déplorer l’attitude de la communauté internationale qui, en condamnant les assaissants venus du Tchad, refuse de pointer du doigt Ndjaména d’être derrière  ces attaques des troupes du MJE.

Le Tchad continue à nier sa responsabilité et à haranguer la communauté internationale sans se disculper.

Beaucoup d'observateurs nationaux et internationaux sont unanimes que Khartoum se vengerait  et il n'est guère exclu de voir un embrasement intégral du conflit armé à l'est du Tchad et dans le Darfour.

Mais, on s'interroge que vont faire les troupes françaises et celles de l'Eufor,accusées elles aussi, de soutenir la rébellion du Darfour?

Il est dommage que pour la stabilité du monde que cette communauté internationale éprise de paix cautionne, pour les intérêts de grandes puissances les  pires drames que connaît l'humanité.

Quelle crédibilité alors, peut-on accorder à ces grandes puissances et avec elles ladite communauté internationale?

 

 

Par Makaila Nguebla