Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

 

Catastrophes et absurdités en Birmanie et ailleurs!  Jusqu’à quand le monde peut-il tolérer?  Par Dr Djimé Adoum, tchadnews.info

 

Cet article passe un aperçu rapide sur les derniers évènements majeurs qui secouent le monde.  Loin d’inventorier tout ce qui ne va pas, nous mettons l’accent sur les facteurs qui entravent  la démocratie et le développement.

Birmanie:  Les pertes humaines sont estimées à plus de 23,000 mais les estimations des Nations unies donnent des chiffres plus importants allant jusqu’à 100,000.  Plus d’un million et demi de personnes sont sans abri.  Tout cela ne semble pas suffir pour que le monde force la junte birmane à autoriser le secours aux populations sinistrées.  Il faut jouer à la comédie en attendant que d’autres personnes meurent.  Après deux jours de farce, les avions  des  Nations unies sont finalement autorisés à attérir sur le sol birman pour apporter de l’aide alimentaire et vestimentaire.   La junte confisque la livraison.  Les heures qui suivront nous en diront plus sur cette carence.

Loin  de permettre aux populations sinistrées de bénéficier des aides internationales, la junte estime qu’il est plus urgent de faire la publicité sur un référendum pour l’adoption d’une nouvelle Constitution plutôt que de se pencher sur le sort des populations sinistrées.  Les souffrances de birmans ne semblent point être la préoccupation des membres de la junte.  Ajoutons aussi que la junte a écarté le parti d'Aung San Suu Kyi et la Ligue nationale pour la démocratie.  Les moines ont été matés.  Toute autre manifestation contrariant les desseins de la junte est interdite.


Zimbabwe:
  Rien ne va plus dans le pays de Tonton Bob, perdant aux elections présidentielles au profit de Morgan Tsvangirai. Après plus d’un mois d’attente, la commission electorale a finalement rendu public les resultats, sans qu’une majorité absolue ne donne la victoire a l’un des protagonistes.  Ceci entrainera un deuxième tour, chose qui n’est pas à l’avantage de l’opposition.  Les manoeuvres d’intimidation sont en cours pour decourager les electeurs de l’opposition et preparer le terrain a une victoire de Mugabe. Le hic est que si Morgan ne se présente pas au deuxième tour, Tonton Bob serait d’office gagnant selon la Constitution du Zimbabwe.  Cette mauvaise situation risque de dégérer et risquerait d guette toute l’Afrique, surtout le puissant voisin sud africain.  La Southern African Development Commumity (SADC) vient de dépêcher le Président Thabo Mbeki pour essayer de ramener Tonton Bob à des meilleurs sentiments.  Rien n’a encore flitré de son entretien mais Morgan Tsvangirai vient d’accepter d’aller au deuxième tour.  Il voulait aussi s’assurer que les observateurs internationaux soient omni presents pour superviser et vérifier les résultants.    En attendant, Morgan Tsangirai est en tournée dans plusieurs pays africains pour sensibiliser certains chefs d’Etat.  Au Zimbabwe cependant, la repression continue. 


Tchad
:  Juste au moment de sa nomination, le premier ministre Youssouf Saleh Abbas (YSA) disait tout haut qu’il allait vers ses autres frères pour ramener la paix au Tchad.  Les choses ont légèrement changes  depuis lors.  YSA compose son gouvernement et, au moment de sa déclaration de politique générale, il change de language quant à sa disponibilité à rassembler tout le monde.  Il tient des propos peu encourageant à l’endroit des politico-militaires. Cette nouvelle donne remet en cause la recherche des voies menant vers la paix dans le pays.   Entretemps, l’image du Tchad devient de plus en plus mauvaise.  L’ONG Freedom House sort son rapport annuel et classe le Tchad comme étant le plays le plus répressif.  Les libertés d’expression ne trouvent pas d’ombre sous les arbres (qui sont d’ailleurs tous coupés).  La radio FM est toujours fermée.  Cet état de choses n’est pas de nature à présenter des arguments de contrepoids. 


Sénégal
:  Le president Wade s’en prend à l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation  (FAO) qui n’est dirigée par personne d’autre que le sénégalais Jacques Diouf.  Le president Wade accuse la FAO d’être en partie responsable de la crise “tsunami” alimentaire qui secoue le monde entier.  Le prix trop élevé du riz qui porte atteinte au tchebou djen quotidien cause un sérieux malaise dans la capitale sénégalaise.  Jacques Diouf estime que c’est la mauvaise politique des pays membres qui est la cause principale de la crise alimentaire et non la FAO.  Wait and see!

La Côte d’Ivoire:  Tout le monde,  y compris le médiateur Blaise Compaore, cherchent à s’assurer que les échéances prévues pour novembre 2008 auront lieu.  Espérons que le conclave qui regroupe tous les poids lourds ivoiriens (Ouattara, Soro, Bedié, Gbagbo et Blaise) puisse porter fruit.


L’expérience a démontré la limite des régimes repressifs.  Ca  vaut la peine de s’adapter aux éxigences du 21ème siècle.   Le chemin de la démocratie, de l’harmonie, de la bonne gouvernance et du développement socio-économique et politique est long et plein d’embuches mais reste le seul moyen sûr d’y arriver à destination.