Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Le Soudan reproche à la France d'offrir l'asile politique à un chef rebelle du Darfour qui refuse de participer à des négociations de paix, a indiqué l'agence de presse étatique soudanaise jeudi.

Abdoulwahid Elnour, à la tête chef du Mouvement de libération du Soudan (MLS), vit en France depuis plusieurs mois et son permis de séjour a récemment été prolongé jusqu'au mois de juin.

Convoquée au ministère des Affaires étrangères soudanais jeudi, l'ambassadrice de France au Soudan Christine Robichon s'est vu demander des explications sur la prolongation du droit de séjour d'Elnour par Paris. Un diplomate proche du dossier, qui a requis l'anonymat, a confirmé que la rencontre avait eu lieu.

Abdoulwahid Elnour a refusé à plusieurs reprises de participer à des négociations de paix avant que le calme soit restauré dans le pays.

Selon l'agence de presse soudanaise, Mme Robichon a déclaré ne pas connaître les motivations de son gouvernement et promis de demander des éclaircissements à sa hiérarchie.

Khartoum estime que la France ne fait pas suffisamment d'efforts pour convaincre Elnour de participer aux pourparlers de paix.

Alors que la France parle de restaurer la paix au Darfour, elle s'interdit d'envoyer un message fort à Elnour, a estimé le conseiller présidentiel et ancien ministre des Affaires étrangères soudanais Moustafa Osman Ismail. "Les Français parlent d'impunité, mais la pratique du gouvernement français représente la plus grande forme d'impunité", a-t-il déclaré.

Le conflit du Darfour, qui oppose des tribus africaines au gouvernement en majorité arabe, a fait au moins 200.000 morts depuis le début des combats en 2003 et provoqué le déplacement de quelque 2,5 millions de personnes.
Soure:  AP