Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Un homme profondément bon

- Elimane Fall était un grand monsieur, ce qu’on appelle un « pro ». Il était un homme de culture. Il avait fait les grands lycées : Gaston-Berger à Kaolack, Henri-IV à Paris, puis des études de journalisme.
Son écriture était sûre et son coup d’œil exceptionnel, notamment sur les hommes politiques africains. Il les connaissait tous. Avec son humour plein de tendresse, il disait : « Tu vas voir, celui-là il va faire ça. » Ça ne loupait pas, il le faisait.
Surtout, Elimane avait cette intelligence rare de ne jamais attraper la grosse tête. Il fuyait les honneurs, sa fierté, c’était le travail bien fait. À la rédaction de Jeune Afrique, rien ne lui échappait. Combien de petites bêtises de ses confrères il a rattrapées à la dernière minute avant le bouclage du vendredi soir, et il n’en tirait aucune vanité…
Elimane Fall était un homme profondément bon. Aujourd’hui, beaucoup le pleurent à Dakar et à Ouagadougou, mais aussi à Bamako, à Abidjan, à Libreville, sans parler de Paris. Il avait des amis partout parce qu’avec lui, la vie était simple. D’ailleurs, on l’appelait tous « Papa », il va sacrément nous manquer.

Christophe Boisbouvier, journaliste à RFI