Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila


A. HISTORIQUE
L’histoire politique du Tchad montre malheureusement que le citoyen tchadien n’a nullement été au cœur de l’action politique. Au contraire il était toujours assujettit au dictat des responsables politiques et militaires qui ont toujours fortement réprimé les moindres revendications pourtant légitimes. Depuis l’arrivée au pouvoir du Dictateur Deby, la majorité de ceux qui croyaient aux fausses promesses de liberté, de justice et d’instauration d’une vraie démocratie (le meilleur régime politique pour toute société qui aspire à la liberté, la prospérité,…) n’ont cessé de dénoncer les dérives dictatoriales du régime en place. Pourtant, ils ont activement œuvré pour un changement mais en vain. Beaucoup des hommes politiques l’ont payé de leurs vies (Togoimi, Dr HARRIS, Digui, Me Behidi, Laokein etc.), beaucoup des régions ont été réprimées et des massacres odieuses à l’exemple furent commis (massacre de Gninguilim, du Guera, etc.) ; d’autres vivent dans la terreur, muselés, humiliés,…
Le manque de culture démocratique des dirigeants actuels démontre qu’il est faiblement probable que le Tchad retrouve la stabilité politique, condition nécessaire à l’émergence d’institutions fortes garantes du principe de séparation des pouvoirs sans lequel une démocratie de saurait perdurer. L’injustice sous toutes ses formes amplifie la dislocation de la société tchadienne en opposant systématiquement le plus fort au plus faible. La corruption, ce phénomène introduit au Tchad par le régime en place, empêche la formation d’une structure économique solide et seine sans la quelle il est impossible d’obtenir une meilleur allocation de ressources, pourtant nécessaire pour l’efficacité d’un dessein économique ambitieux ayant pour objet l’amélioration du niveau de vie du citoyen.
Depuis ces vingt dernières années le monde se transforme de manière spectaculaire, des nouvelles frontières se dessinent entre les pays prospères et ceux qui le sont moins. Aussi à l’intérieur de chaque pays, le citoyen aspire plus que jamais à la liberté, il revendique avec force ses droits élémentaires. Le citoyen tchadien n’est pas du reste, loin s’en faut ! Des défenseurs tchadiens de la liberté et des droits du citoyen, forts de leur ténacité, croyant en la nation, considèrent qu’il est urgent d’accompagner le citoyen dans cette démarche, mettent le peuple tchadien au cœur de leurs actions présentes et futures et font de la cohésion nationale une obsession.
Ces motivations pourtant élémentaires n’ont malheureusement pas été portées par les différentes factions politiques et militaires prétendant libérer le Tchad. Or si les faits récents (entre autre l’assaut de février 2008) témoignent que le potentiel de mettre fin au régime MPS est réel. Cependant, le succès est conditionné par l’union autour d’un projet exempt de toute considération hérité du régime qu’on prétend combattre.
Grâce à leur courage inégalé, une élite du peuple tchadien s'est levée contre cette injustice. Prenant en charge la responsabilité du changement et de la reforme par tous les moyens, afin de délivrer le pays de cette dictature ignoble qui mine notre chère patrie depuis plus de dix huit ans. Ainsi, le 12 Mars 2008, suite à des consultations incluant plusieurs tendances ethniques tchadiennes, des valeureux combattants de la liberté se sont réunis derrière le Colonel ADOUMA HASSABALLAH, pour créer un mouvement  révolutionnaire dénommé UFCD (Union des Forces pour le Changement et la Démocratie). Ce mouvement associe la lutte armée et l'action politique pour mettre fin au régime dictatorial de Deby  et abrégé ainsi les souffrances du peuple tchadien. Une fois le régime dictatorial de Deby anéanti,  l’UFCD s’engagera à mettre en œuvre le programme politique suivant :
B. Programme politique et institutionnel
B.1. Rétablir l'Etat de Droit
L'instauration de l'autorité de l'Etat et le rétablissement de l'ordre public passe par: la réorganisation des forces de la défense et de la sécurité (Armée, la police, la gendarmerie, les gardes nomades etc.), loin des appartenances tribales, claniques et régionales. La démobilisation et reconversion professionnelle des militaires, la spécialisation sur les opérations de maintien de la paix dans la sous région entre autres; sont des étapes importantes lors du processus de transition. Cette réorganisation devrait permettre de jeter les bases d'une Armée véritablement nationale basée sur la formation, la hiérarchie ; la discipline, etc.… au service de la nation.
B.2. Respect des Droits de l'Homme et des libertés fondamentales
Défendre, soutenir et améliorer les respects des Droits de l'Homme: Lever toutes les restrictions actuelles affectant les initiatives associatives ; et mettre à la disposition des associations des défenses des Droits de l'homme les moyens nécessaires pour accomplir cette noble tache qu'est la question des Droits de l'Homme. Enfin, une attention particulière sera accordée à la parité ainsi qu'aux Droits de l'enfant et de la femme.
Libertés des cultes: Reconnaissant le principe de laïcité au Tchad, l'UFCD encourage et respecte toutes les libertés de croyance et les cultes traditionnels.
Libertés d'expression et de la presse: L'UFCD entend développer et défendre les libertés d'expression et d'opinion en soutenant l'émergence de la presse libre, indépendante et professionnelle.
B.3. Instaurer au Tchad un Etat réellement démocratique 
Agissant dans un cadre démocratique, l'UFCD instituera les élections libres et transparentes comme mécanismes universelles de transition politique. L’accession à la magistrature suprême sera légitimée uniquement par le suffrage universel.
L'UFCD instituera un cadre légal consacrant le multipartisme politique comme mode d'organisation politique d'expression et d'opinion dans le cadre du respect des fondamentaux républicains. Cela permettra donc de créer les conditions d'une vie harmonieuse dans une Etat démocratique, libre et souverain.
L’UFCD croit à l'unicité du territoire et à l’unité des tchadiens avec ses différentes composantes ethniques. Elle tient à écarter la prédominance et les privilèges tribaux, raciaux et régionaux. L’UFCD instituera un service national pour tous. Ce service aura pour objectif de créer un espace de brassage, qui impliquerait les jeunes de tous horizons dans des projets collectifs, contribuant à la consolidation du sentiment d'appartenance à une même communauté nationale.
 
Afin de permettre les réformes constitutionnelles, traduisant le caractère pluriel de notre société, répondant aux impératifs de bonne gouvernance et de respect des droits humains, l'UFCD mettra en place une Assemblée Constituante représentant toute les couches sociales tchadiennes. Aussi, dans le cadre de la décentralisation, il sera institué le principe du vote obligatoire pour les élections législatives et municipales.
B.4. Rétablir l’autorité de la justice
La consécration de l'Etat de Droit et de la Loi est l'objectif principal de l'UFCD :
- La modernisation des Institutions étatiques sera le chantier global de l'action publique. Dans le même sillage, il sera urgent de renforcer le principe de la séparation stricte des pouvoirs pour un respect sans faille des libertés des citoyens.
- Dans l'exercice de l'appareil judiciaire, le respect des Principes Généraux de Droit sera entièrement consacré et ce, sans aucune exception. Il incombera à l'Autorité de faire respecter tous les droits et les libertés fondamentales qui peuvent en découler.
L'Autorité judiciaire sera garante du respect de l'égalité de tous devant la loi, aucune dérogation ni exception ne devra en entraver l'exercice : nul n'est au dessus de la loi.
B.5. Organisation d’un forum de réconciliation nationale
Une nouvelle convention devrait jeter les bases d'un forum de réconciliation nationale. Ce forum doit être inclusif et regroupera toutes les forces vives de la nation : Les partis politiques d'opposition ; les politico-militaires; la société civile, la communauté internationale etc.
Pour garantir l'application des recommandations du forum de réconciliation nationale, des organisations régionales et internationales (Nations Unies, Union Européenne, Union Africaine, SENSAD; Organisation Internationale de la Francophonie, etc.), les pays voisins du Tchad (Soudan, Libye etc.), les pays amis (France, Chine; Suisse; Mal; Allemagne, etc.) seront impliqués et bénéficieront d'un rôle très actif dans l'accomplissement  durant la phase transitoire. La période transitoire débouchera vers l'organisation des élections libres et transparentes, où la destinée du pays sera confiée à un homme d’Etat démocratiquement élu.