Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Faute de légitimité démocratique, Deby se maintient au pouvoir par les armes et le sang

Disposer de soldats est donc vital pour lui mais, depuis des années, le tyran perd régulièrement des soutiens dans l'ANT. Cela a désormais atteint un tel niveau qu'il ne tient plus que grâce à la protection de mercenaires de tous poils.

Cependant, disposant de l'argent du pétrole, le tyran se montre suffisamment attractif pour que la Françafrique ait pesé de tout son poids pour le maintenir en place, avec les désastreuses conséquences habituelles qu'on relève partout depuis des décennies.

Dans le cas du Tchad, les répercussions risquent de se révéler calamiteuses, car le monstre a fait preuve de suffisamment de duplicité pour entraîner Paris dans les affaires intérieures soudanaises.

.

Depuis des années en effet, Deby recrute des jeunes dans les camps de réfugiés.

Ce sont presque exclusivement des adolescents zaghawas qui viennent du Soudan et qui se retrouvent dans les camps des deux côtés de la frontière.

L'enrôlement des enfants soldats par le dictateur a été suffisamment constaté et dénoncé par toutes les ONG, pour que ce fait ne puisse pas être mis en question ( voir à ce sujet les rapports récents de l'ONU et de Human Rights Watch par exemple).

En soi cette opération est suffisamment abjecte pour qu'on la condamne, mais Deby fait bien pire encore.

Ces enfants sont emmenés ensuite dans les camps de « formation » de Koundoulo, de Loumia et de Moussoro. La, en vertu des accords de coopération franco tchadiens, ils sont équipés avec des armes françaises et encadrés par des sous officiers français.

L'armée française n'ignore rien de ces horreurs car elle se trouve à Abéché ou les premières concentrations d'enfants ont lieu.

Nous savons que les militaires français renâclent à participer à ces méfaits mais ils obéissent à des ordres.

Ces enfants, qu'il est facile de fanatiser, sont des Soudanais.

Une partie d'entre eux sont utilisés à soutenir Deby au Tchad ( ils forment la chair à canon des milices pro Deby, qu'il s'agisse du MJE ou des Toroboros), les autres sont envoyés au Soudan attaquer l'armée soudanaise.

On a entendu Paris dire des rebelles tchadiens qu'ils étaient aux ordres du Soudan mais c'est l'armée française qui a convoyé par avion les Toroboros, donc des Soudanais, jusqu'à N'Djaména, afin qu'ils prêtent main forte au tyran.

Si Paris défend Deby afin d'éviter la prise du pouvoir par les soi disant fondamentalistes, comment se fait il que rien n'ait été fait pour empêcher leur prétendu représentant de rentrer au gouvernement ?

Pourtant on se souvient bien que Paris faisait circuler des tracts, paraît il amenés par Al Jinedi, faisant état de l'instauration de la Charia si Deby était renversé.

Il y aurait donc les bons Soudanais, ceux qui soutiennent Deby et les mauvais ceux qui lui sont hostiles ?

Mais dans quelle catégorie faut il alors placer Mahamat Nour et Al Jinedi, tous deux titulaires de passeports soudanais, colonels de l'armée soudanaise, anciens opposants à Deby et ensuite ses amis, membres passés ou actuels du gouvernement avant, sans doute, de passer à autre chose ?

Est on en présence d'une espèce hybride, enfantée par la génétique diplomatique française, de transsexuels politiques ?

.

En réalité la France s'est ingérée puissamment dans les affaires intérieures du Soudan en soutenant Deby et ses manigances.

Ce sont en effet des enfants soudanais armés par les Français qui sont les principaux opposants de Khartoum à l'Est du Tchad. Bien équipés ils sont même allés jusqu'a Nyala, au Kordofan, attaquer une station pétrolière chinoise !

.

En agissant ainsi, Paris attise constamment les braises et il est illusoire de croire qu'on peut régler le problème du Darfour, en contribuant constamment à créer des foyers d'infection.

Les accords d'Abuja, de Tripoli, de Dakar et d'ailleurs n'ont aucune chance d'être respectés.

Les Soudanais ne peuvent ignorer qu'on tient un double langage.

D'un côté les instances internationales leurs demandent de faire des efforts pendant que sur le terrain, on renouvelle sans arrêt les causes de conflits.

La France gagnerait à se montrer cohérente et à comprendre une chose simple :

Deby est la principale cause du malheur de son pays et un facteur déterminant de la tragédie du Darfour.

Tant que ces évidences ne seront pas comprises, on ne trouvera aucune solution à un problème dont on refuse de voir les causes profondes.

Les solutions de replâtrage comme l'Eufor ne seront ni efficaces, ni légitimes.

.

De toutes ces erreurs de jugement, le peuple tchadien est la pitoyable victime.

Notre pays demeure l'un des plus meurtris de la planète.

L'opposition patriotique, démocratique et sincère n'en peut plus de voir la misère aberrante du peuple.

Combien de milliers de morts faudra t'il encore avant que les puissances coloniales cessent de soutenir un dictateur infâme ?

 

Devant une telle catastrophe, la révolte est un devoir.

Il faut laisser cette révolte s'exprimer et la canaliser vers des élections libres, une fois le tyran chassé.

Tel ne semble pas être le but des puissances coloniales, cela constitue autant un crime qu'une faute.

Il ne faudrait pas que l'injustice s'avère tellement insupportable que nous devenions tous des désespérés, car le Tchad est un pays de tradition guerrière et tout le monde y perdrait de façon dramatique !

.

anr.tchad@gmail.com