Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Mars 2008 – Paris : Débat Inter Tchadien

THEME : DIALOGUE INCLUSIF

Du 29 au 30 mars 2008



Un colloque intitulé « Débat inter tchadien » a été organisé les 29 et 30 mars 2008 à Paris. Le symposium s’est ouvert par la présentation de l’ONG Caring for Kaela (CFK) et le rôle qu’elle a joué dans son organisation, ses objectifs et la nécessité de sa tenue à Paris. CFK n’est pas intervenue dans les travaux et les participants ont désigné à l’unanimité un modérateur en la personne du Dr Djimé ADOUM pour diriger le Débat et un rapporteur en la personne de Mahamat Ahmat Kébir. L’objet du colloque a porté sur la nécessité de plancher sur deux points:

 

1.       Le contexte de la crise nationale

·        ciblage de la crise par les participants et identification des problèmes

2.      La stratégie de sortie de crise

·        identification des solutions

 

 

I. IDENTIFICATION DES PROBLEMES

 

-        Persistance d’une injustice sociale après l’indépendance du Tchad ;

-        Absence d’un idéal commun caractérisée par l’inexistence d´un repère national (lien, symbole) commun autour duquel les Tchadiens pourraient se reconnaître et s´identifier. La notion de Nation est remise en cause ;

-        Existence d’une hiérarchie avant l’arrivée du colonisateur au Tchad suivie par une  division planifiée dont l´ethnocentrisme et le clanisme en sont les résultats ;

-        Remise en cause de la démocratie à l´occidentale au Tchad. Est-ce vraiment la solution pour le Tchad ?

-        Tribalisme, égoïsme, manque de confiance des populations vis-à-vis des politiques et des opposants ;

-        Confiscation du pouvoir ;

-        Etat du mouvement syndical au Tchad en déliquescence ;

-        Inégale répartition des richesses et des droits économiques et sociaux ;

-        Y aurait-il des solutions aux problèmes actuels du Tchad sans un dialogue global de tous les acteurs concernés ?

-        Confiscation des biens de l’Etat par le pouvoir ;

-        Gestion non transparente des revenus du pétrole ;

-        Violations des multiples accords de Paix par Deby (Syrte, Abbas Koty, Ketté  Moïse, Laokem Barde, Bichara Digui, Youssouf Togoïmi, Constitution…) ;

-        Remise en cause de la bonne foi du chef de l’Etat pour non-application des accords de paix séparés signés précédemment ;

-        Influence de la communauté internationale qui aide Idriss Deby à s’ériger en dictateur au Tchad ;

-        Absence d´une armée nationale véritable ;

-        Le régime tchadien n’est inquiété que par le langage des armes employé par les politico-militaires ;

-        Marginalisation de l’opposition démocratique et la société civile qui souhaitent à leur tour voir un changement radical intervenir au Tchad par tous les moyens ;

-         Le départ imminent de l’actuel président du Tchad apportera-t-il la paix ?

 

 

QUESTIONS :

- Qu’est ce que le dialogue inclusif et qu’est ce qu’on en attend ?

- Quelle en est la finalité ?

- Qui faut-il inviter?

 

Il faut définir les conditions du dialogue politique et la question du rapport des forces.

 

EXPLICATIONS

Les intervenants ont étudié et défini le concept du dialogue inclusif par l’identification de six éléments pouvant servir de base à sa préparation et pour lesquels un cahier des charges a été établi.

 

Définition du Dialogue Inclusif

 

Dialogue : déposer les armes et se mettre autour d’une table pour discuter de ce qui va et ne va pas au Tchad.

Inclusif : impliquer tout le monde. Eviter le risque d’exclure des personnes qui n’appartiennent pas à des sensibilités politiques ou des associations.

Lieu : dans un pays neutre n´ayant pas interféré dans la crise tchadienne.

Coordination : sous l´égide de l´Union africaine.

 

Le but du dialogue inclusif consiste à impliquer toutes les parties en conflit, tous les acteurs de la crise, pour trouver des pistes de solutions aux problèmes du Tchad, ce qui nécessite une transition pour l’organisation des élections libres et transparentes. Le concept du « dialogue inclusif » est défini par les deux termes qui le composent

 

Pré-conditions à résoudre et actions à mener pour arriver au Dialogue Inclusif

 

Six éléments ont été identifiés pour travailler sur le concept du dialogue inclusif au Tchad. Ces éléments sont soutenus par les deux questions essentielles : Pourquoi le Président Deby refuse-t-il le dialogue politique inclusif ? Avec le Président Deby comme Président, est-il possible que les Tchadiens puissent aller vers un dialogue politique inclusif puisqu´il est partisan des accords séparés ?

 

 

1.      Refus de Deby /Manque de crédibilité du Président Deby

-        Une mobilisation générale et une pression collective susciteront l’obligation chez le Président Deby l’acceptation du dialogue politique inclusif tant souhaité par une majorité de Tchadiens pour sortir de l’impasse.

-        Proposer une sortie honorable au Président Deby.

-        Approcher et sensibiliser les proches du pouvoir pour qu’ils acceptent de négocier avec tous les groupes représentatifs (y compris les principaux acteurs de la rébellion tchadienne, la société civile et les forces vives du pays).

 

2.      Question de la disparition de Ibni Oumar Mahamat Saleh

-        Création d´une commission d´enquête en y incluant des personnalités neutres et indépendantes.

 

3.      Cessation des hostilités

-        Obtenir des projets concrets de programme politique des politico-militaires ;

-        Cibler et fusionner les objectifs communs poursuivis par les deux camps belligérants, les identifier afin de pouvoir faire des approches de point de vue ;

-        Amener l’AN à prendre en compte les attentes de la CPDC et des forces vives du pays.

 

4.      Participation de toutes les composantes 

-        Sensibiliser les Tchadiens à s’asseoir entre Tchadiens et discuter ;

-        Cibler ceux qui travaillent dans l´ombre ;

-        Vulgariser la stratégie de sortie de crise.

 

5.      Soutien de l’Extérieur 

-        Lobbying auprès des anciens chefs d’Etat et des instances internationales pour faire pression sur le Président Deby ;

-        Identifier une personne morale pour chaque instance internationale pour la mise en œuvre de ce programme.

 

6.      Non-existence d’une armée nationale

-        Recruter des soldats sur des critères géopolitiques pour éviter de se retrouver avec une armée clanique pour aboutir à une armée mixte ;

-        Inciter ceux qui le souhaitent à insérer la vie civile ;

-        Réactiver le service national et supprimer la garde présidentielle ;

-        Refonder l’organigramme de l’armée et réviser les accords de coopération de 1976 ;

-        Désarmer les populations civiles.

 

 

Se basant sur le cahier des charges, les missions de la C.I.D.I consistent à travailler en toute transparence pour :

 

- Développer des stratégies pour la mise en application du programme

- Développer des stratégies de communication et de vulgarisation

- Confectionner des outils de suivi et d’évaluation

- Collecter et analyser les données sur la performance en vue d’aboutir au dialogue inclusif.

 

 

 

 

 

 

III. STRATEGIE DE SORTIE DE CRISE EN SIX PROPOSITIONS

 

La proposition des ébauches de solutions à la crise tchadienne est faite dans une perspective de court, moyen et long terme.

 

  1. Refus du Président Idriss Deby au dialogue 

 

Á court terme

 

·        Approcher et sensibiliser les proches du pouvoir sur la nécessité du dialogue inclusif

·        Discuter le délai de six mois pour la tenue du dialogue inclusif

·        Ce qu’il faut faire :

- appeler ou envoyer des courriels pour obtenir leur accord dans le cadre de la CIDI

      - soumettre un rapport de synthèse d’une page à la CIDI.

 

Á moyen terme

 

·        Etudier les accords de paix signés de part et d’autre

·        Relever les points communs

·        Etudier les raisons de non-application

·        Ce qu’il faut faire :

- Analyser les documents des accords

- Soumettre un rapport de synthèse d’une page à la CIDI

Délai imparti : 2 mois

 

Á long terme

 

·        Confectionner les outils de suivi et de control

·        Mettre en œuvre les pactes

·        Control et suivi des résultats

·        Délai imparti : 2 mois

·        Ce qu’il faut faire :

- Confectionner les questionnaires

- Collecter et analyser les résultats

- Soumettre un rapport de synthèse d’une page à la CIDI