Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Première Armée

En Exil politique à Maïduguri (BORNO – STATE) – République Fédérale du NIGERIA.-

  • Après avoir analysé longuement la situation politique et militaire, perplexe, qui prévaut dans le pays qui sombre, en subissant de plus en plus des circonstances aggravantes dans cette continuité de la guerre civile qui persiste, de perdition en perdition, nous sommes convaincus, que pour arriver à un compromis à l’amiable, et en informant l’opinion nationale et internationale à ce sujet notre suggession est la suivante : Aucune autre position politique dans cette conjoncture actuelle n’est envisageable pour un règlement définitif du conflit armé Tchadien, vieux de plus de quatre décennies, si non la seule solution à laquelle à nous apposons notre position politique, pour éviter que le pays ne sombre encore à l’avenir, est la Table ronde où tous les acteurs politiques qui donnent acte de bonne source représentative de l’intérieur comme de l’extérieur, réunis à l’échelon international sous les auspices de l’Unité Africaine (A.U.), dans un pays voisin du Tchad, et en l’occurrence à ABUJA, la capitale fédérale de la République Fédérale du NIGERIA, qui a donné la fois passée un noble exemple en 1978 – 1979 dans son ancienne capitale Fédérale ‘’LAGOS’’ de manière impartiale, à partir du 13 au 18 Août 1979 des dirigeants des différentes parties tchadiennes, dans l’Accord de Lagos ; sous la présidence de son Excellence, le Président de la République Fédérale du NIGERIA ; OLUSEGUN OBASANDJO.
  • Ainsi pourront voir le jour, les protagonistes dans leurs négociations, représentant les délégations des parties tchadiennes en présence, et se serait un grand espoir pour le peuple Tchadien et de ses intérêts, dans un délai transitoire fixé, équivalent et politiquement choisi à l’unanimité, d’un Gouvernement d’Union Nationale, avec des élections libers et transparentes, ainsi le pays dans ce court délai précis rétablira sa liberté tant souhaitée, recouvrera sa dignité, sa souveraineté national par la réalisation d’une paix juste et durable afin de faciliter son développement économique, politique et social, pour éviter l’aggravation de la continuité de la guerre civile développement économique, politique sociale, pour éviter l’aggravation de la continuité de la guerre civile dévastatrice et retrouver sa place sans ambiguïté dans le concert des Notions africaines.
  • Bref, en conclusion, notre pays se retrouve toujours, dans le Statu Quo ante bellum (continuation de la guerre civile depuis quatre décennies ) ne quittera à jamais cette macabre situation, tout qu’il reste soumis à un néocolonialisme de l’ancienne puissance française du point de vue politique et militaire sur le terrain présentement, et dont les causes resteront indéterminées tant que cette République convertie en pays satellite en Afrique Centrale.
  • Voilà la situation d’aujourd’hui dans laquelle nous vivons.
  • A cet effet, tout en ajoutant précisément, à l’attention du point vue nationale et internationale, le règlement du problème tchadien est loin de l’être. Conscient du fléau conflictuel et permanent qui déchire le pays en constituant un grand obstacle comme par le passé à notre liberté, voire notre indépendance nationale, et au développement socio – économique, avec la perturbation de la paix et de la sécurité, car notre stabilité est une des conditions la plus importante au préalable. Et si l’on se réfère résolument aux droits de l’homme institués par l’O.N.U. (Organisation des Nations Unies), pour un pays épris de liberté, nous constatons une nette imposition persistance, impétueuse, contraire à la situation d’un pays indépendant sous l’étiquette d’une zone d’influence française responsable directement de tout le mal par son implantation de ses forces militaires. Nous demandons tout en appuyant, que l’Unité Africaine (U.A.) a une responsabilité morale en son art. 9 – paragraphe g et son arty.3 (Objectifs) paragraphe g. et h. de son acte constitutif adopté à Lomé depuis le 12 Juillet 2000, qui lui donne pouvoir en remplacement de l’ancienne charte de l’O.U.A. (Organisation de l’Unité Africaine).

Fait le 06 Février 2008 à Maiduguri (Bornou state) 
République Fédérale du NIGERIA. NIGERIA : 002348025879571
Bénin : 0022997488468

SUISSE : 0041793925314

(e) AL – HADJ MAHAMAT ABBA SEID
Président du Conseil Suprême FROLINAT- Première Année.