Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefinedLa France se perd dans le Tchad à deux vitesses.  Par Dr. Djimé Adoum, tchadnews.
 
La première vitesse : Jamais dans l'histoire de la françafrique, de tels efforts de sauvetage n'ont été déployés pour un régime.  Au risque de nous tromper, la rapidité avec laquelle le pouvoir politique et militaire français s'est mis en branle pour sauver le pouvoir du président Deby le weekend du 2 au 3 février 2008  était sans précédent.  Le président Sarkozy était en communication téléphonique permanente avec Idriss Deby secondé par son ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner.  Comme si les coups de téléphone associés à la présence et l'engagement militaire aux côtés du président Deby ne suffisaient pas, il fallait dépêcher le ministre français de la défense sur place à N’Djamena pour témoigner du soutien sans ambiguïté du complexe politique et militaire pour ne pas dire le complexe politico-militaro-industriel de la françafrique.  Les informations qui filtrent de tout ce qui a suivi les événements sont très riches en enseignements.  Sur le plan logistique, le gouvernement français a demandé aux politico-militaires de lui laisser le temps d'exfiltrer le président Deby. Dans ce petit laps de temps et selon le quotidien La Croix, le complexe militaro-industriel s'est mis en marche.  Les munitions et d'autres outils militaires sont partis de la Libye vers Ndjamena via Libreville.  Les militaires français auraient même transporté les véhicules et l’armement du Mouvement rebelle soudanais MJE d'Abéché sur Ndjamena.   Le Dr. Khalil appelle le Président Deby pour lui signifier son entrée dans la danse à Ndjamena à partir de la zone de Farcha au nord-ouest de la ville alors qu’ils étaient attendus au nord-est.  Le reste est connu de tout le monde.  Sur le plan diplomatique par ailleurs, le président Sarkozy arrache à l'ONU une déclaration condamnant la tentative du putsch. La démarche entreprise pour arriver à ce résultat fastidieux frise l’indécence. C'est aussi vite fait et les voix se sont élevées pour dénoncer la tentative du renversement du "gouvernement légal" de Ndjamena.  Dans moins de 3 jours, la tendance est renversée.  Plus de 160 morts selon les estimations de la Croix Rouge, certainement beaucoup plus compte tenu des largages de roquettes des mercenaires mexicains et algériens sur la ville.  
 
La deuxième vitesse : Dans la confusion, et selon les témoignages des familles, les militaires loyalistes ont enlevé les leaders de l'opposition politique en l'occurrence le Président Lol Mahamat Choua, Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mahamat Saleh.  Une cacophonie tous azimuts s'installe et le complexe militaro-politico-industriel fait motus et bouche cousue.  Tous ceux qui ont brillé par leur compétence dans la mise sur pied de la logistique de sauvetage du président Deby deviennent instantanément incompétents et aphones.  C'est bien malin.  Les familles se désolent du sort de ces leaders, les déclarations confuses des autorités tchadiennes battent leur plein, les militaires et diplomates français se lavent les mains et l'affaire devient donc celle de la justice tchadienne, si justice il y a.  Les familles tchadiennes entèrent leurs morts et continuent de s'inquiéter du sort des trois prisonniers.  Il a fallu pratiquement 10 jours pour que l'ambassadeur français trouve un moment de libre pour localiser Lol Mahamat Choua.  Il le trouve vivant, mais Dieu seul sait dans quelles conditions physiques.  Quant à MM. Yorongar et Ibni, aucune nouvelle. Personne ne semble savoir ce qu’ils sont devenus. L'ambassadeur français ne dit pas un seul mot à leur sujet.
 
Entretemps, le président Sarkozy, les ministres Kouchner et Morin disparaissent de la scène.  Les organisations des droits de l'homme, les tchadiens de toutes couches confondues, les ministres des affaires étrangères de l'union européenne demandent la libération immédiate de Lol, Yorongar, et d’Ibni.
 
Les spéculations vont bon train quant au sort des détenus et de la disparition de la scène du complexe militaro-politico-industriel. Qu'est ce qui se passe au juste pour que les autorités françaises ajoutées à celle de la françafrique fassent motus et bouche cousue tout d'un coup sans la moindre capacité d'influer sur le président Deby par rapport au sort des trois disparus ?  Qu'est ce qui fait que tout d'un coup, les autorités françaises ne peuvent plus faire pression sur leur poulain de faire la lumière sur cette affaire ?  Que s’est-il passé de la manière avec laquelle les choses ont évolué dans la première vitesse?
 
Autant de questions et seule la France et la françafrique sont en mesure d'y répondre.  Le complexe a réussi à mobiliser la communauté internationale pour la condamnation de la tentative du putsch.  Il doit trouver ses forces et son courage pour savoir dans quel état se trouvent Lol, Yorongar et Ibni.   De cette lumière sortira peut-être un espoir pour aider le Tchad à sortir du gouffre.  Ce semblant d'incompétence n'est pas de nature à apaiser les esprits mais plutôt empêtre la France dans le bourbier tchadien.  Les solutions passent par le dialogue de paix.