Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefined
Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH)

Tchad : la FIDH exige des informations sur les disparitions des opposants politiques

Paris, le 18 février 2008 - La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) réitère ses plus vives préoccupations concernant  la situation des droits de l'Homme au Tchad et notamment sur le sort des opposants politiques encore détenus et des représentants de la société civile qui demeurent inquiétés.

La FIDH s'inquiète vivement du sort et de l'intégrité physique des trois leaders de l'opposition politique non armée tchadienne, MM. Mahamat Lol Choua, Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mahamat Salehdes. Alors que le président Idris Deby Itno niait toute implication de l'Etat dans la disparition de ces trois personnes, on apprenait le 13 février que Mahamat Lol Choua se trouvait dans une prison militaire, très affaibli. En l'état,  aucune incrimination étayée ne justifie cette détention et celle-ci doit donc être considérée comme illégale. Par ailleurs, aucune information n'est encore disponible sur les deux autres opposants dont les familles sont sans nouvelle depuis plus de 15 jours. « Il est intolérable que l'Etat garde le silence sur la situation des opposants politiques disparus à l'occasion de la tentative de coup d'Etat. En l'absence d'informations précises sur leur situation, le gouvernement tchadien devrait être tenu responsable de disparitions forcés » » a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH.

La FIDH a saisi le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcés et le Groupe de travail sur les détentions arbitraires aux fins d'interpeller les autorités tchadiennes sur la situation des trois opposants politiques.

La FIDH rappelle que certains responsables d'organisation indépendante de la société civile ont aussi fait l'objet de tentatives d'arrestation par des éléments des forces loyalistes dans les jours qui ont suivis l'offensive des rebels sur la capitale N'djamena.[1]

Dans ces circonstances, la FIDH craint que l'instauration de l'état d'urgence décrétée par le président tchadien Idriss Déby, le 15 février 2007, sur l'ensemble du territoire ne serve surtout qu'à dissimuler plus longtemps la situation des leaders de l'opposition et à limiter les libertés fondamentales de toute voix indépendante au Tchad. En effet, l'état d'urgence permet aux autorités tchadiennes de suspendre ou de limiter certaines libertés telles que les libertés d'information et de circulation.

La FIDH demande instamment aux autorités tchadiennes

-         De fournir immédiatement des informations sur la situation de MM. Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mahamat Salehdes

-         De garantir l'intégrité physique et morale de  MM. Mahamat Lol Choua, Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mahamat Salehdes conformément aux engagements internationaux auxquels le Tchad est partie, notamment le Pacte internationale relatifs aux droits civils et politiques, la Convention des Nations unies contre la Torture et la Charte africaine des droits de l'Homme et des Peuples ;

-         En l'absence de toute incrimination légale juridiquement étayée, de relâcher immédiatement M. Mahamat Lol Choua;

-         De lever l'état d'urgence et de garantir les libertés d'expression, de presse, de circulation et de réunion des organisations, des journalistes, des défenseurs des droits de l'Homme et de tous les Tchadiens ;

-         Plus généralement, de se conformer aux dispositions du Pacte international sur les droits civils et politique et notamment en ses articles 2 et 4 ; de la Charte africaine des droits de l'Homme et des Peuples dont aucune dispositions n'est dérogatoire ; et des autres instruments internationaux et régionaux de protections des droits de l'Homme ratifiées par le Tchad ;

-         Relayant les demandent des organisations de la société civile tchadienne, l'ouverture d'un dialogue national avec tous les acteurs non armés au Tchad afin d'établir la paix, l'état de droit et la bonne gouvernance.

La FIDH demande à la communauté internationale et à tous États, y compris la France, d'intervenir d'urgence auprès des autorités tchadiennes jusqu'à l'obtention d'informations concrètes sur le sort des deux disparus et la libération de  Mahamat Lol Choua.

 

Gaël Grilhot
Responsable du service de presse

FIDH
17 passage de la main d'or
75011 Paris
France
tel : 00 33 1 43 55 90 19
fax : 00 33 1 43 55 18 80

http://www.fidh.org