Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Citoyenne du monde et journaliste-citoyenne, je voudrais contribuer à préserver les luttes en l’Afrique centrale, de l’oubli, plus particulièrement en Centrafrique et ses environs socio-politiques.
 
Spécialement interpellée par le droit à la souveraineté et ses violations, et par les moyens que les prédateurs de la liberté utilisent pour éliminer le droit à une existence décente pour mieux voler ce qui ne leur appartient pas, je souhaite collaborer à l’éveil des consciences.  
 
Car la communauté dont je fais partie, qui cherche les traces de la Justice pour ceux qui souffrent, en a assez des abus de pouvoir de tous bords, des violations du droit d’expression et d’opinion, de la censure médiatique en Europe et dans le monde, du pillage silencieux, systématique et décrété légitime par la Françafrique.
 
Oui, nous en avons assez des manipulations indécentes de nos constitutions, au nez et à la barbe des citoyens qui ont soit-disant légitimé nos régimes prédateurs.
 
La culture d’une impunité arrogante et sans-gêne doit également cesser, car elle est en train de vouloir légitimer l’indescriptible.
 
Que l’Afrique se réveille, et puisse s’organiser comme l’ont voulu tant d’autres sacrifiés avant ceux qui sont là aujourd’hui.
 
Que les futurs perdants s’en aillent sans faire couler le sang, qu’ils pensent aux peuples qu’ils gouvernent au moins une fois dans leur existence de dirigeants pourris.
 
Que si le sang doit vraiment couler, que ce soit dans l’utilité définitive, et que les survivants observent à jamais le devoir de mémoire.
 
Que l’Histoire donne enfin raison à ceux qui attendent la Liberté depuis si longtemps.
 
Juliette Abandokwe