Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

 Le mercredi dernier, Idriss Deby Itno, le chef de l'Etat tchadien, a laissé entrevoir la possibilité d'une grâce présidentielle en faveur des condamnés, pour peu que la France le demande. Cette éventualité a été jugée comme un « signe très encourageant » par l'avocat d'un des condamnés et donne satisfaction à certains qui restent tout de même prudents. Le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, a indiqué hier que la présidence française transmettrait « immédiatement » aux autorités tchadiennes une demande de grâce des six membres de l'Arche de Zoé, si ces derniers en font la demande. Le droit de grâce selon la loi ne s'exerce que si on le demande.

 

Me Jean-Bernard Padaré, l'un des conseils tchadiens des six membres de l'association française, avait déjà indiqué qu'ils étaient en train d'envisager d'adresser la fameuse demande de grâce au président Deby, par le truchement du ministère tchadien de la Justice. La possible rémission des péchés des condamnés par Deby tiendrait au fait que « les enfants tchadiens ne sont pas partis, sont maintenant au Tchad chez leurs parents et le pire a pu être évité ».

 

Aussi, point n'est besoin pour le président du Tchad d'avoir six Français en prison... chez eux. Au début de l'affaire, Idriss Deby Itno, face aux propos méprisants et arrogants de l'homme pressé de l'Elysée, Nicolas Sarkozy, qui avait osé déclaré qu'il irait chercher ses compatriotes mouillés dans le deal de l'Arche de Zoé « quoi qu'ils aient fait », avait eu une attitude tranchante, soutenant avec force argumentations que la justice se ferait au Tchad et qu'il n'était pas question que les juridictions de son pays se dessaisissent du dossier.

 

Le revirement d'Idriss Deby Itno dans cette affaire est tout simplement scandaleux. Il est d'autant plus honteux que ses déclarations orageuses n'étaient que du bruit pour rien. Et là Deby choque l'opinion par son attitude qui, il faut le reconnaître, n'honore pas le Tchad encore moins l'Afrique. Il a passé un marché éhonté avec les Français, confirmant par la même occasion que quelqu'un quelque part tire les ficelles dans l'histoire de la rébellion tchadienne et de la débâcle des rebelles qui ont voulu dernièrement l'assigner en résidence surveillée.

 

Comme à son habitude, l'ancien colonisateur a laissé faire les rebelles comme pour dire qu'Idriss Deby Itno, bien que président d'un pays souverain, n'en est pas le véritable maître à bord. Il ne « s'appartient pas » et doit se le tenir pour dit. Comme on peut le comprendre aisément, la France, la rébellion tchadienne et l'Arche de Zoé font l'objet d'un seul et même deal et la leçon que Deby doit assimiler une fois pour toutes est que quand on n'est pas indépendant, il faut être prudent dans ses propos pour n'avoir pas à se dédire honteusement plus tard. Le chef suprême des Tchadiens à vu rouge quand les rebelles ont assiégé sa résidence, mais s'en est tiré d'affaire grâce à la France, condamnée alors à rester un chien de garde dictant chaque fois sa loi.


 

 

Juliette AbandoKwe

Citoyenne centrafricaine 

Contre les abus criminels de pouvoir 

Pour une Afrique souveraine

et véritablement indépendante

 

fran-afrik.jpg