Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Au cours de l’émission «on refait le monde » sur RTL, l’un des commentateurs déclare « franchement, je me fous des membres de l’Arche de Zoé, ce qui m’intéresse c’est la situation du peuple tchadien ».

Cette position sera en gros celle de tous ses collègues et reflète en gros l’état de l’opinion française.

Les membres de l’Arche n’ont pas réussi à obtenir la sympathie du peuple français qui n’est pas prêt à voir Sarkozy fouler au pied tous les principes, pour obtenir une petit succès médiatique avant les élections municipales de mars.

.

Les Français n’aiment pas Deby, ils comprennent la lutte du peuple tchadien mais ils ne font pas confiance à ceux qui se prétendent les leaders de l’opposition.

Tout d’abord l’opinion française suspecte les chefs opposants de n’être que des créatures du Soudan.

Il faut d’abord répéter que Deby lui aussi a été une créature soudanaise, c’est de la qu’il a mené son offensive contre Habré qui, lui aussi, s’était réfugié au Soudan dans sa lutte contre Goukouni.

Mais Deby est vraiment intimement lié au Soudan. Sa tribu, les zaghawas est à cheval entre le Tchad et le Soudan. C’est lui le parrain du MJE soudanais venu le secourir à N’Djaména. Pour Paris il y a donc de bons soudanais, ceux qui soutiennent Deby et de mauvais Tchadiens parce qu’ils se sont sanctuarisés à la frontière.

Comprenne qui pourra !

.

Evidemment les opposants/businessmen ont tout promis à Khartoum mais leur attitude est bien pire encore. Ils se sont vendus à tous ceux qui le voulaient : Ils sont allés en Libye, au Gabon, en Arabie, à Khartoum, à Paris. Ils ont même fait des offres de service à Deby la semaine dernière.

Comment veut on qu’ils attirent la sympathie ?

D’autant qu’ils ont été les instruments principaux de l’exploitation du peuple tchadien pendant tant d’années, jusqu’au moment ou ils ont voulu prendre la place de leur maître.

Ni le peuple tchadien, ni l’opinion publique internationale ne peut croire en leur sincérité.

Ces gens la polluent gravement l’image de l’opposition.

Malheureusement ils reproduisent les schémas claniques de Deby. Ils ont entraîné derrière eux leur ethnie alors qu’il faut faire l’unité.

Les braves soldats qui les suivent supportent de leurs sacrifices des ambitions personnelles bien médiocres.

.

Le pouvoir de nuisance de ces opposants/businessmen ne cesse de diminuer, tout simplement parce que Deby est encore plus malfaisant, mais ils se portent mutuellement des coups terribles.

Le moment est cependant venu de passer à autre chose.

.

L’ANR n’a jamais eu les moyens financiers de ces individus mais la vérité, tout doucement, commence à se faire jour.

La confiance des Tchadiens, la compétence des officiers, le sérieux des propositions faites, l’emportent sur la puissance provoquée par le produit des vols perpétrés si longtemps contre le peuple

Sous le haut commandement du colonel Ahmat Yaya, dit Kot kot, des milliers d’hommes se sont organisés.

Notre tactique consistait à envoyer des colonnes à Oum Hadjer sous le commandement des colonels Scodin et Souleyman pour faire pression sur N’Djaména.

Mais le gros de nos troupes était stationné autour de Goz Beida, prenant ainsi Abéché en tenaille.

La décomposition de l’ANT a été si rapide que nous avons avancé vers Mongo puis Ati.

Nous ne voulions pas aller plus loin avant de sécuriser notre logistique.

Voyant l’avancée ultra rapide de nos troupes, les opposants/businessmen se sont précipités.

Croyant la victoire facile, ils se sont parés des plumes du paon en se vantant partout, utilisant leurs thurayas à tort et à travers et révélant aussi leurs positions et une partie des nôtres.

En effet la culture guerrière de notre peuple a amené certains de nos éléments s’avancer vers la capitale alors que nous ne le désirions pas.

A Massaguet on a pu voir que Deby était incapable de résister à une petite partie de la résistance.

Celle ci est entrée dans N’Djaména en étant trop peu nombreuse et sans avoir les munitions et les équipements nécessaires à un siége.

En dépit de cette faiblesse évidente, le tyran serait tombé si la France n’avait pas décidé de le soutenir.

Nos officiers ont alors procédé à une gestion remarquable de nos troupes et de nos équipements.

Les assaillants se sont retirés en bon ordre vers Mongo. Deby s’est bien gardé de nous affronter car il savait que nous étions de nouveau bien équipés et nombreux.

La force armée de l’opposition est intacte et en mesure de renverser Deby à tout moment, à partir du moment ou la puissance coloniale nous laissera en paix.

.

A partir de ce socle militaire, il appartient maintenant à l’opposition de montrer son vrai visage. Toute une génération de jeunes Tchadiens a vécu les horreurs du régime Deby.

Au lieu de sombrer dans l’amertume et le désespoir elle s’est forgée une âme de combattant de la liberté.

Nous lançons un appel pour qu’elle se montre, pour qu’elle parle et pour qu’elle agisse.

C’est cette génération qui porte les espoirs de tout un peuple.

Il faut que se lève le blé en herbe !

.

ANR : Le Commandement

anr.tchad@gmail.com