Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

 

COMMUNIQUE

RFC – UFDD – UFDD/F

 

            A notre très grande surprise et profonde indignation, le Conseil de sécurité a fait une déclaration sur une soit disant agression contre le Tchad et a demandé aux différents pays d’aider le gouvernement tchadien. Cette déclaration du Conseil de Sécurité, qui n’est pas une résolution, donc non contraignante (libre interprétation) faut- il le rappeler, permettra à la France de justifier son intervention directe armée aux côtés du gouvernement tchadien contre l’opposition armée.

Le Conseil de Sécurité qui est parfaitement au courant de la situation interne du Tchad, la nature tchado-tchadienne du conflit a raté une belle occasion pour appeler toutes les parties prenantes du conflit à la résolution du problème par le dialogue et la négociation autour d’une table ronde incluant toutes les parties. Au lieu de cela, il s’est en effet laissé malheureusement abusé et entrainé par la France sur un terrain qui n’est pas le sien ; car, pensons nous que le Conseil de Sécurité ne devrait autoriser des interventions qu’en cas extrême d’agression extérieure menaçant la paix et la sécurité internationales

            Le Conseil de sécurité et la France savent très bien qu’il n’y a aucune agression étrangère contre le régime de Deby. C’est le peuple tchadien, à travers l’opposition armée qui combat un régime dictatorial et corrompu, un régime installé et maintenu au pouvoir par la France contre la volonté des tchadiens. Les tchadien ont exprimé à maintes reprises leur rejet total de ce régime. Comme en témoignent les différentes élections et surtout les nombreuses révoltes civiles et armées qui ont eu lieu depuis l’arrivée de Deby au pouvoir. Seuls, les manipulations, l’achat des consciences, le bâillonnement de l’opposition démocratique et de la presse privée, et surtout l’appui multiforme de la France, ont permis à Deby de perdurer contre la volonté des Tchadiens.

            La France a pris une lourde responsabilité en prenant fait et cause pour le régime dictatorial, répressif, corrompu, mafieux et illégal, en manipulant de bout en bout le Conseil de sécurité pour justifier son intervention armée au Tchad. Faut-il rappeler que l’armée française au Tchad a directement pris part aux combats de Ndjamena entre l’opposition nationale armée et les troupes de Deby. Pire, c’est sous le regard approbateur de la France que Deby bombarde les quartiers de Ndjamena, occasionnant des nombreuses pertes en vie humaine, arrête de manière tout à fait illégale les opposants politiques dont certains sont couverts par l’immunité parlementaire.

Apparemment la France n’a tiré aucune leçon de ses relations avec le Tchad et surtout de son soutien aux régimes dictatoriaux et corrompus qui se sont succédé au Tchad. Depuis le Début du conflit elle n’a jamais cessé d’apporter son soutien militaire et politique à Deby. Face à une opinion internationale ignorante de la situation interne du Tchad, la France interventionniste est passée aujourd’hui à une étape supérieure.

            En claironnant sur tous les toits sur la légalité du régime de Deby, la France passe toujours sous silence la question relative à la légitimité de ce même régime. En effet, c’est en modifiant la constitution, contre la volonté unanime des tchadiens, pour se perpétuer au pouvoir et fermer définitivement toute alternance du pouvoir par la voie démocratique, que certains tchadiens, à leur corps défendant ont eu recours à d’autres voies pour barrer la route à la présidence à vie de Deby. La France a toujours escamoté toute solution politique et pacifique de la crise tchadienne.

            Tout en regrettant t la position infondée du Conseil de Sécurité, et denonçant la duplicité du gouvernement français,  l’opposition armée prend acte de la nouvelle donne et surtout de la position déclarée de la France. L’opposition nationale armée est plus que jamais prête et déterminée à faire face à toute forme d’agression des forces néocolonialistes françaises ou autres.  Et la France en porte toute la responsabilité de sa politique interventionniste dans notre pays.

L’opposition armée est désormais convaincue que la présence française au Tchad est un handicap majeur pour la paix et à l’avènement d’un régime véritablement démocratique au Tchad. Elle mettra tout en œuvre, de concert avec toutes les forces vives du pays, pour mettre fin à la françafrique et bâtir un Tchad nouveau.

 

Fait à Ndjamena, le 6 Février 07

Abdelrahmane Khoulamallah,

Porte Parole de la Coalition RFC-UFDD-UFDD/F