Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefinedNous  saluons cette décision de l’état major des forces de la résistance nationale, de se retirer du centre de la capitale N’djaména  par souci d’éviter l’ effusion du sang  de la population  civile ,qui  sans doute seront  victime des dégâts collatéraux,cette situation impensable des tués les civiles à la fin de son règne c’est une option du défaitiste Deby, qui jure de mourir avec les maximums des innocents civiles dans la capitale(Cf. même Charles Taylor  a rejeté cette option) d’ailleurs le déchu Deby n’a  jamais eu la moindre attention ou la considération  par le passé  à cette population dépouillé et humilie depuis déjà 18 ans. 
Voilà les enfants dignes du pays, sont arrivés au  secours de cette  population et de ce pays.

 Mais, le lâche Deby, veut décimer la ville et la population  à la dernière minute de sa kermesse des Itno, mais  les forces de la résistances disent non, et donne ce laps du temps à la population n’djaménoise qui a elle  aussi à leurs yeux, la même vie et le même besoin de sécurité comme  les autres expatrié français, soudanais ou européens, de s’organiser à vide la ville en attendant leurs délivrance totale. Rappelons qu’à la résistance on est martyr qu’à cause de cette population meurtrie donc il est inadmissible que la population soit l’éternelle victime.

 

 Cette décision sage et hautement patriotique ne sera jamais  oublié par les tchadiens et les  N’djamenois.   Le Monstre Deby a démontré une fois de plus son voyoutisme et son irresponsabilité en voulant mettre  N’djamena  à sang et à feu, c’est   son vœu ultime.

 

 Ce geste des forces de la résistance est en concordance  avec le but poursuivi par la résistance nationale, le salut  et le non violence sur les paisibles citoyens tchadiens.

Ce retrait volontaire du centre ville de N’djaména par les forces de la résistance, montre leur attachement à la patrie et leur compassion avec ces peuples meurtrie par un chef d’état voyou, désormais, il appartient au passé. 

 

 

Par Djibrine Abakar Khirachi