Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefined

 

Le bourbier tchadien n'a jamais fini de surprendre et il faut s'attendre à d'autres surprises.  Le fait est que le Tchad va très mal.  Il est de notoriété publique que le Tchad fut classé par Transparency International comme l'un des pays les plus corrompus de la planète.  Le système des Nations unies le classe aussi parmi les cinq pays les plus pauvres du monde.

 

Etant donné que la communauté internationale, en l'occurrence la France, l'Union africaine et les Nations unies parlent du Tchad, nous avons jugé utile de rafraîchir la mémoire de ceux qui s'intéressent à notre pays.  Mettons les choses dans leur contexte historique, socio-politique et démocratique.

 

Les faits relatifs au Tchad et tels qu'ils sont connus de tout le monde sont très clairs.  Le Tchad n'a jamais connu d'élections libres et transparentes. Pour mémoire, voyons ensemble ce qui suit:

·    Avril 1975 : les militaires assassinent le Président Tombalbaye et s'installent au pouvoir

·     Février 1979 : Imbroglio entre les militaires au pouvoir et Hissein Habré et décadence totale

·    1979-1982 : Goukouni Weddeye qui avait été désigné par les 11 tendances politico-militaires pour diriger le gouvernement d’union nationale de transition - GUNT -  est renversé par Hissein Habré en juin 1982 cependant que l’OUA, prédécesseur de l’Union africaine, avait des troupes sur le territoire national du Tchad pour maintenir la paix.

 

Sous le règne du Président Deby

·   Décembre 1990 : Idriss Deby renverse Hissein Habré avec l’aide de la France, de la Libye et … du Soudan

·    1996-2001, 2006 Idriss Deby s'installe et confisque le pouvoir - fraudes massives et modification de la Constitution

·                    Avril 2006 - le Front Uni pour le Changement (FUC) du Capitaine Mahamat Nour a presque réussi à renverser le Président Deby n'eût été l'aide incontestable du dispositif Epervier de l'armée française au Tchad.  Lire les archives du Monde, du Figaro etc. 

·                    Février  2008 la coordination militaire unifiée occupe une grande partie du territoire national et partage Ndjamena avec le Président Deby.  Elle vient de se retirer de la capitale pour permettre aux civils de se ressourcer.

 

Au même moment, le Kenya traverse l'une des crises les plus catastrophiques jamais connue de ce pays.

 

Voici comment les instances internationales se comportent par rapport au Kenya qui brûle comme le Tchad à cause des fraudes électorales:

 

Pour le Kenya

Paris cherche à saisir le Conseil de Sécurité des Nations unies pour solutionner la crise

Le Secrétaire Général des Nations unies M. Ban Ki-moon s'est rendu à deux reprises à Nairobi

L'Union africaine a désigné l'ancien secrétaire général des Nations, Kofi Annan, comme médiateur dans la crise qui oppose Raila Odinga à Mwai Kibaki. 

 

Pour ce qui est du Tchad:

Paris clame tout haut et à qui veut l'entendre que son gouvernement soutient le gouvernement légitime du Président Deby (les témoignages des autorités françaises sur TV5, France 24, RFI:  le Président Sarkozy, le ministre français de la Défense, celui des Affaires étrangères)

L'Union africaine (UA) quant à elle menace d'expulser le Tchad de ses instances si les politico-militaires arrivaient à renverser l'occupant du palais rose.  Elle a finalement et timidement réagi en désignant le Colonel Kadhafi et le Président Sassou-Nguesso en qualité de médiateurs pour se pencher sur le cas du Tchad.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon déclare que la situation du Tchad le préoccupe.  Les actions menées jusqu'ici semblent très timides.

 

Au vu de ce qui précède, nous posons quelques petites questions pour lesquelles nous aimerions quelques petites réponses.  Nous signalons en passant que tout ce qui se dit (faits ou fictions) doit être vérifié.  C'est le strict minimum que nous attendons des décideurs.  De ce fait, nous posons quelques questions qui nous préoccupent et aimerions avoir des réponses ou des arguments contraires aux faits.

 

Questions

Qu'est ce qui fait que les fraudes électorales massives sont inadmissibles au Kenya alors que la confiscation du pouvoir au Tchad par les mêmes méthodes et la modification de la Constitution par le Président Deby entraînant la déliquescence de l'état tchadien avec tous les maux qui l'accompagnent doivent être parfaitement acceptablse et acceptés par le peuple tchadien.  Que le Tchad descende en enfer ou disparaisse de la terre ne semble pas préoccuper Paris, l'UA, les Nations unies !  De quel état de droit ou de quelle légitimité nous parle Paris, les Nations unies et l'Union africaine, alors que les tchadiens ne connaissent depuis près de 18 ans que le règne de l’arbitraire?  Autant de questions qui méritent des réponses de la part de Paris, des Nations unies, et de l'Union africaine.

 

Nous espérons qu'ils trouveront le temps de répondre!