Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l’ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) de l’Union Africaine

 

Communiqué de presse

 

Pourquoi autant de sollicitude pour le Kenya et d’indifférence pour le Tchad ?

 

Il existe des pays africains hors normes qui violent en permanence et en toute impunité, toutes les règles et normes de la démocratie et des droits humains où la culture et le règne absolu du chef de gang ou chef de clan est tellement ancrée que la communauté africaine et internationale finit elle-même par son silence, sa lassitude et son impuissance par légitimer cet état de fait.

 

C’est le cas de pays comme le Tchad où depuis l’indépendance la conquête et le maintien au pouvoir se font par la violence armée, un cycle infernal auquel il a été impossible de mettre un terme.

 

Tous les chefs d’Etat qui ont régné au Tchad , à l’exception du Président Tombalbaye ont pris le pouvoir par les armes et sont restés totalement sourds aux appels  aux dialogues politiques et à la concertation nationale ou pire quand de telles assises ont lieu, les conclusions et recommandations sont totalement foulées au pied. Idriss Déby incarne jusqu’à la caricature cette forme d’autisme politique.

 

Il est temps que la communauté internationale et en l’occurrence le Conseil de sécurité des Nations Unies se penchent sur ces cas et examinent quel soutien concret  apporter à l’Union africaine pour trouver des solutions à des cas comme le Tchad, la Guinée Conakry et le Kenya.

 

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) :

  • Condamne par principe toutes les formes de prise de pouvoir par la violence, mais reste totalement lucide sur les impasses politiques, les blocages institutionnels, constitutionnels et politiques de toutes sortes qui n’offrent que la violence comme forme de changement de régime ;

 

  • Recommande l’arrêt des combats et la tenue d’une concertation nationale sur l’égide des Nations Unies et de l’Union africaine ;

 

Il est temps de mettre un terme à la situation d’anarchie et de chaos qui règne au Tchad  dans l’indifférence où le soutien complice de la communauté africaine et certains pays occidentaux.

                                                              

  Fait à Dakar, le 02 Février 2008

   Le Secrétariat Général