Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

debychirac.jpgdebysarko.jpg
                                        debyd-boussol-.jpg
Après l'avoir porté au pouvoir et soutenu pendant dix sept (17) ans, Idriss Deby aujourd'hui en très grande difficulté face aux menaces des mouvements d'opposition armée, est finalement lâché par ses promoteurs qui ont toujours cautionné ses dérives  durant son parcours politique de son régne.

En effet, à travers un communiqué de presse rendu public aux environs de 1heure du matin,l'heure à laquelle  au Tchad et en Afrique les auditeurs sont au lit, que la France a choisi le moment indiqué pour annoncer à ses ressortiisants à Ndjaména,de se regrouper à la base militaire pour organiser leurs rapatriements chez eux.

Cette annonce est du coup interprétée par l'opinion tchadienne avertie comme étand naturellement un désavoeu au désormais ce que l'on appeler  ancien officier et pilote devenu Président puis homme fort du Tchad.

Ici, une fois encore,il faut reconnaître qu'avec la France,  la  particularité est que  nul n'est à l'abri d'une protection effective.Elle peut alors  tout vous donner,tout comme  tout reprendre.

Mais,aujourd'hui, Idriss Deby est d'abord et surtout trahi par son propre démi- frère Daoussa Deby,par les dignitaires de son régime pour finir par être  lâché par Paris sur qui il a toujours misé pour gouverner bien entendu dans l'absolu.

A travers cet acte, tous ceux qui comptent parvenir au pouvoir par des moyens illégitimes suivront ce chemin tracé réservé tristement à Idriss Deby.

Afin d'éviter à tout dignitaire le sort actuel que connaît Idriss Deby, il faut plus de la démocratie et de justice pour notre peuple, seul ascenseur et propulseur légal au pouvoir   de tout homme  par la voix des urnes.
Au Tchad, la France et l'histoire tournent le dos à Idriss Deby qui entamera une nouvelle phase de sa propre histoire.

Par Makaila Nguebla