Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefinedFace aux dérives, limites et défaillance de l’Etat tchadien, il est nécessaire, pour une administration réfléchie de la chose publique, d’émettre ces propositions citoyennes qui se veulent une garantie pour notre désir de vivre ensemble. Notre profonde conviction, c’est qu’aujourd’hui il nous faudrait, pour le salut national, un modèle Etatique ambitieux qui défendra l’intérêt de tous les tchadiens.

Cet Etat républicain doit préserver nos diversités et faire de notre pays une terre d’ouverture permettant à ses filles et fils d’espérer et de construire une vie meilleure dans le respect des lois et des règles voulues collectivement et qui sous-tendent notre projet de vivre ensemble.

Cet Etat doit garantir à tous les citoyens tchadiens, sans distinction régionale, confessionnelle, un véritable accès à l’ensemble des services publics. Il doit notamment faciliter l’accès à l’école, à la santé et à la protection.

Pendant longtemps, les régimes successifs ont pratiqué ou favorisé la discrimination et la ségrégation qui ont gravement nourri le réflexe communautariste, le repli ethnique, considérés souvent comme de mécanisme de protection par des groupes sociaux se sentant isolés ou marginalisés voir en difficulté. Cette situation, avec la blessure profonde qu’elle occasionne à l’endroit des citoyens discriminés, a favorisé la résurgence, entre autres, des sentiments de révolte générant très souvent de rebellions.

 

Lutter pour l’égalité et contre les discriminations ethniques

L’égalité entre les citoyens tchadiens doit être une des priorités de l’Etat tchadien. Elle doit s’inscrire dans les principes républicains essentiels que nous devons faire valoir et vivre pleinement. Il ne s’agit pas simplement de permettre aux tchadiennes et tchadiens de prétendre aux droits que leur confère naturellement leur citoyenneté mais bien de leur faire une place à part entière dans ce pays auquel ils sont si profondément attachés.

 

L’Etat doit promouvoir les valeurs qui fondent notre République. Il ne s’agit pas, en effet, d’imposer ou de privilégier une identité et/ou de nier nos acquis culturels. L’Etat doit garantir  le respect et la reconnaissance de toutes les valeurs et faciliter l’adhésion des citoyens à nos principes républicains qui doivent être généralisés pour formaliser notre volonté de participer pleinement à notre vie nationale. Pour ce faire, l’Etat doit œuvrer pour faciliter et renforcer l’adhésion des citoyens à nos valeurs fondamentales communes.


 Pour assumer pleinement ses prérogatives, le futur Etat tchadien a besoin de la mobilisation de tous. Si cet Etat veut créer à l’endroit de ses citoyens un sentiment d’appartenance à une seule nation et à un seul héritage historique, il doit être capable de leur dire quels en sont les fondements, le sens et le projet. Cela implique de mettre, davantage, en valeur les principes sacro-saints qui sont au cœur même de notre République à savoir le respect de nos différences, l’égalité des chances, la laïcité et la tolérance. A l’Etat tchadien d’apporter aux citoyens les assurances que ces principes sont l’idoine garantie de leur propre liberté, de leurs droits et de leur bien être.

 

Cela implique également un plus grand esprit de responsabilité. L’Etat doit promouvoir une logique de droits et de devoirs. Il doit proposer à chacun les mêmes chances, les mêmes opportunités, au-delà de considération ethnique, sexuelle et confessionnelle. En retour, l’Etat est en droit d’exiger le respect des règles et de l’autorité.

 
Seule cette approche nous permettra de garantir notre projet de vivre ensemble. Pour finir, je
rends un vibrant hommage aux forces de la résistance nationale, aux combattants anonymes, ainsi qu’aux forces vives de la nation qui se sont dévoués, en dépit des contraintes, pour l’intérêt suprême de la patrie. Je salue également la formidable mobilisation de la diaspora tchadienne, avec toute l’autorité que chacun lui reconnaît, et qui s’est résolument engagée dans la recherche notamment d’un dialogue global. Avec le même élan, nous devons continuer à œuvrer pour la démocratie et la paix pour le pays. Pour cela nous avons besoin d’une valeur commune apaisée, d’une confiance collective et d’une fierté retrouvée dans nos racines. Le Tchad a besoin d’un projet collectif pour que son peuple puisse aller de l’avant. Les citoyens peuvent compter sur cette forme d’Etat dont la mission serait de relever les multiples défis auxquels le Tchad fait face depuis plusieurs décennies.

Adoum DJIBRINE HAROUN