Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Il est connu de tous que la béquille qui soutient durablement le régime d'Idriss Deby au Tchad depuis 18 ans, c'est bien le pouvoir français.

En effet, pour une nouvelle fois,les autorités françaises essayent d'endormir la rébellion tchadienne à travers leurs intrigues habituelles aujourd'hui démodées.

En avril dernier 2006, lorsque les troupes du Fuc avaient foncé sur Ndjaména, les officiels Français ont pris langue avec le défunt Mahamat Issa ancien chef d'Etat- major du mouvement. Pour mieux servir Idriss Deby, la France avait réussi à désarmorcer la fougue des reblles par des astuces ayant compromis le renversement du régime.

Si on peut bien se souvenir, le défunt Mahamat Issa, avait trouvé la mort à cause de  l'armée française qui, par des prétendus coups de semonce, avait réellement tiré sur la colonne la plus rédoutable qui progressait inoxérablement et devrait assomer l'armée tchadienne.

Cette fois-ci, la France récidive en ciblant  M.Timane Erdimi, leader du Rfc, à qui elle aurait demandé ses revendications politiques. 
Selon, le dernier journal de Rfi afrique soir, qui a relayé l'opinion de M.Erdimi, qui aurait dit que leur objectif est de parvenir à raisonner Idriss Deby pour un partage équitable du pouvoir en lui obligeant de créer les conditions d'un dialogue politique inclusif à défaut,la rébellion va renverser son régime.

Mais, cette version de diffusion de cet élèment par Rfi a déplu un grand nombre d'opposants Tchadiens qui suivent le développement de la situation sur le terrain militaire et politique.
Parmi cette voix discordante au régime tchadien, un opposant  exprime son inquiétude par rapport aux jeux de la France. Il le dit: " La France risque bien de nous créer une surprise comme par le passé, il faut que la rébellion soit ferme cette fois-ci et ne se laisse intimider!" s'est-il exclamé notre rédaction.

Tribunecoum