Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

louis-michel-copie-1.jpg                       

Mardi dernier, Louis Michel Commissaire au Développement de l’Union européenne (Ue) avait effectué une visite de 48heures  au Tchad en vue d’évaluer la situation  et préparer le terrain  au déploiement  dans les prochaines semaines  d’une force militaire (Eufor) estimée à quelque 3.500 hommes dans l`est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique,  pour sécuriser les camps de déplacés internes et de réfugiés soudanais du Darfour voisin en guerre civile,selon la version qui nous reste du moins officielle.

 

Avant de quitter la capitale tchadienne,  Louis Michel a déclaré à la presse : « "Je suis prêt à rencontrer les rebelles tchadiens, je peux les rencontrer n`importe où", a-t-dit le mardi soir, après s`être entretenu avec le président Deby.

"Il est évident que tout ce que je peux faire pour rapprocher les points de vue et pour faire la paix, je trouve que c`est mon devoir le plus élémentaire" de le faire,  "Les rebelles tchadiens peuvent me contacter, je les recevrai". A-t-il ajouté.

 

Depuis cette déclaration, le Commissaire au Développement polarise le débat politique à tous les niveaux de la classe politique tchadienne.

 

Les principaux mouvements qui forment la rébellion  Tchadienne réunie autour de la Coordination Militaire Unifiée (Coormu)  n’ont en revanche vu aucun inconvénient de répondre positif à la  sollicitation de M.Louis Michel, abondant dans le même sens que  lui, en acceptant de le rencontrer.

 

Toutefois, nous  nous permettons de qualifier cette démarche, de nouvelle voie  de prospection de paix.

 

Mais, sur le terrain militaire, il y a lieu de souligner qu’il existe une multitude de groupes armés aussi actifs que les trois principaux et dont les revendications  politiques méritent d’être prises en considération.

 

C’est ainsi que dès l’annonce de cette déclaration de Louis Michel, nous avions reçu des réactions aussi contrastées  que variées ont été émises par  l’Alliance Nationale de Résistance (ANR), l’un des mouvements politico-militaires tchadiens, le plus remarqué et présent au niveau médiatique, politique et militaire qui a exprimé son opposition à une telle  rencontre qualifiée de « diversion ».

 

Dans cette série de contestations, l’Union des Forces pour le Changement (UFC), une coalition  armée qui regroupe trois formations  politico-militaires vient emboîter le pas à l’ANR et appelle  l’Union européenne à convaincre Idriss Deby pour la tenue d’une conférence internationale qui impose une table ronde sans exclusive…. Selon le contenu dudit communiqué publié sur le site Internet (tchadespoir).

 

A côté des groupes armés tchadiens, se joignent également  de structures  de dynamiques de paix dirigées par des opposants en exil qui s’associent au débat pour le règlement pacifique  du conflit au Tchad. 

A l’instar du Comité D’Actions Stratégiques (COMPAS) qui joue le rôle de cadre de paix et autres bonnes volontés liées aux Tchadiens par l’amitié qui s'attélent à apporter leurs pierres pour la construction et la consolidation de toute initiative paficique.

 

 
Pour nous, il est vrai que depuis l’éclatement du conflit politique et armé au Tchad, les institutions internationales que sont : l’Union africaine, l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies (ONU) n’ont pris à bras le corps la question tchadienne.

Elles en ont laissé les choses perdurées et décomposées jusqu’à l’impasse actuelle.

 

Au niveau, régional et sous régional, non plus le contentieux tchadien n’a fait  l’objet d’une attention particulière.

Il n’y a eu que des tentatives de résolutions du conflit armé, tantôt avec un mouvement et  le pouvoir, tantôt entre le Tchad et le Soudan, et c’est toujours sans  succès ou résultats espérés.

 

Aujourd’hui, l’initiative du Commissaire au Développement de l’Ue, mérite d’être revisitée et réexaminée à la loupe pour voir les tenants et les aboutissants qui ont motivé un  tel  engouement au traitement du bourbier tchadien.

 

Nul n’est  sans savoir que M. Louis Michel est connu pour son excès d’arrogance, de mépris à l’égard des africains en général comme en illustrent  ses rapports tendus avec des dirigeants politiques dans le conflit des Grands Lacs où l’Union européenne est sérieusement impliquée et intéressée à la recherche de la  paix.

 

Nous espérons donc bien que ce n’est pas avec la même liberté de ton que jouisse  le Commissaire européen qu’il va se permettre de recevoir  la délégation de politico-militaires Tchadiens pour explorer avec elle les voies de sortie de crise dans notre pays.

 

Selon notre avis ,la résolution de la crise tchadienne passe nécessairement à ne point douter par une pression internationale sur le régime de Ndjaména afin de l’obliger  à  organiser  sans complaisance aucune, un dialogue politique avec tous les acteurs en conflit devant une caution de la communauté africaine et internationale.

 

Car, le pouvoir tchadien ne réfléchit que si et seulement une forte pression lui est exercée  par des partenaires connus pour leur logique de  fermeté.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum.