Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Selon nos informations en provenance du Tchad, de graves menaces planent sur un opposant Tchadien en exil et sur sa famille se trouvant à Ndjaména.

 

IL y a de cela deux mois, les parents de M.Baba Malloum Tchéré , exilé politique Tchadien,  ont reçu chez eux à domicile  plusieurs visites de l'Agence Nationale de Sécurité (ANS), police politique du régime de Ndjaména.

 Les agents de renseignements d’Idriss Deby ont  proféré des menaces à l’encontre des parents de M.Baba Malloum Tchéré comme quoi, leur fils n'était pas à l’abri de sécurité, même s'il se trouve hors du Tchad, exilé  au Canada en particulier, car ils ont des antennes  sur places qui le surveillent.

 

A l’origine de cette histoire, M.Baba Malloum Tchéré avait reproché à certains membres de la communauté Hadjaraï de N'Djamena et de la région de Bitkine,  située à environ 500 kilomètres à l’Est de la capitale tchadienne, dont il est originaire, de cesser de recruter des jeunes appartenant à ladite localité  pour le compte du régime en place à N'djamena.

Ils seront utilisés comme de chaire à canon ou des boucliers humains pour maintenir un pouvoir déjà réputé clanique et décrié par tous.

 

Il  avait clairement  demandé aux  responsables  politiques de sa région d’exiger d'abord la libération de certains hauts militaires incarcérés ou disparus sous ce régime actuel tels que ; les colonels Abakar GAwi et Khamis Dokhone, emprisonnes depuis le 13 Avril 2007.

 

Ces braves  cadres militaires, tous originaires de la région du centre en l’occurrence le  Guera d’où est issu M. Baba Malloum Tchéré avaient été soupçonnés  d'avoir collaboré ou de connivence avec la rébellion du Fuc de Mahamant Nour, dont les troupes avaient réussi à transpercer l’armée gouvernementale jusqu’aux portes de N'Djamena avant d’être  repoussées grâce  à l’intervention de l’armée française venue à la rescousse des forces loyalistes du régime tchadien.

 

Depuis avril 2006 jusqu’à nos jours, personne n’a les nouvelles de ces responsables militaires du Guéra ;  on ne sait jamais s’ils croupissent en prison   ou pas, sans procès et dans l’indifférence générale des organisations locales de défense des droits de l’homme au Tchad.

 

 Certaines sources non officielles font état de leur exécution extrajudiciaire.

 

 Les appels relayés par  Amnistie International et  la Croix Rouge Tchadienne demandant leur libération sont restés sans effet,  lettre morte.

 

Et pourtant, conformément à l'accord signé en décembre 2006 à Tripoli(  Libye), entre le Président Idriss Deby Itno et le chef rebelle Mahamat Nour, tous ceux qui ont été arrêtés, bénéficieront d'une amnistie générale.

Si  beaucoup de prisonniers ont été libérés, les deux colonels  Abakar Gawi et  Khamis Dokhone restent toujours détenus,  leur sort est  incertain,  inconnu de leurs proches.

 

Aujourd’hui, les parents de M.Malloum sont quotidiennement harcelés et se trouvent  dans le collimateur du pouvoir  pour le simple tort que leur fils vivant en exil ait dénoncé  publiquement l’enrôlement des enfants dans l’armée tchadienne.

Le recrutement d’enfants soldats dans les corps d’armée au Tchad n’est pourtant un secret de polichinelle, comme, en témoignent les rapports récents de l’organisation américaine de défense des droits de l’homme Human Rights Watch qui a épinglé et dénoncé le régime de Ndjaména à ce sujet.

 Aujourd’hui, nous sommes en  face d’une situation de  tristesse illimité, M.Baba Malloum Tchéré est contraint à l’exil du fait que  son opposition politique au régime d’Idriss Deby lui est devenue un délit et que ses parents font  l’objet de persécution permanente des services de renseignements du même régime.

 
Nous saluons le courage de M.Baba Malloum Tchéré d'avoir interpellé ces prétendus représentants  de la communauté Hadjaraï qui ne cherchent que leurs intérêts personnels  au mépris de la vie humaine des siens.

 

Nous dénonçons également sans arrêt, les visites incessantes, les actes d’intimidation et l’attitude d’impunité totale dont jouissent  les  agents des services de renseignement de la puissante machine répressive du régime qu’est  l'ANS.

Et enfin, nous attirons l'attention de l'opinion nationale et internationale, tenons pour  responsables Idriss Deby et ses sbires de l'Agence Nationale de Sécurité (A.N.S) contre toute atteinte physique ou morale causée sur les parents ou les proches de notre frère Baba Malloum Tchéré.


Il n’a fait qu’exercer ses droits civiques et politiques devant les dérives du régime tchadien et rappeler à  l’opinion générale pour leur  silence  dans la disparition des cadres militaires du Guéra, dont le sort lui  préoccupe au nom du respect des droits de l’homme et de la justice pour tous au Tchad.

 

Investigation réalisée par

Par Makaila Nguebla

Pour Tribunecoum