Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Publié par Makaila

undefined 

Depuis quelques jours, les sites proches de l’opposition tchadienne  diffusent sur leur bande défilante des nouvelles faisant état de probable divorce entre la dernière épouse du Président Tchadien,  Hinda et son mari Idriss Deby.

 

 D’autres appels téléphoniques et autres mails nous ont été adressés à travers divers horizons renforçant en informations cette rumeur persistante qui se répand comme une traînée de poudre et sert d’actualité politique tchadienne.

 

Le problème est que par le passé plusieurs rumeurs ont circulé dans ce sens sans que le couple présidentiel ne soit divorcé.

 

Il est vrai que l’insistance de ces diverses informations qui se véhiculent avoisinent pour une large part la vérité sans être toutefois vraies.

 

Mais, de l’avis d’un opposant Tchadien en exil qui tente de clarifier les choses, il affirme : « Il faut dire qu’au Tchad, Idriss Deby n’a jamais officiellement divorcé avec ses femmes, il les met juste en quarantaine ou encore en veilleuse  sans s'occuper d’elles et c’est le cas de Wazina Ahmat Idriss. ».

 

Cet opposant qui visiblement connaît les démêlées d’Idriss Deby, nous fait savoir à propos de Wazina, que  ses affaires ont été même spoliées et  évacuées de chez elle à l’aide de gros porteurs pour être acheminées directement au palais présidentiel.

Depuis lors, la pauvre femme est bloquée au Tchad et prise en charge par son frère propre.

Au Tchad, notre société est généralement réservée et pudique, mais,le  comportement du Président Idriss Deby laisse place à une nouvelle interprétation sociétale, c’est un écart de conduite qui s’apparente à l’immoral.

 

On peut répudier une femme ,mais,  sans la lui faire déposséder de ses biens.

 

Nul ne souhaite le même sort à la jeune femme Hinda, mais,il faut dire qu’avec Idriss Deby, rien n’est exclu.

Toutefois, la jeune femme n’a rien à perdre, se débarrasser d’Idriss Deby et de ses éventuels ennuis judiciaires avec les organisations des droits de l’homme qui l’attendent de pied ferme, n’est qu’une bonne chose pour elle.

 

Hinda en état de divorce ou pas, ce n’est pas pour l’heure la préoccupation de l’opposition tchadienne qui est loin de se mêler dans la vie intime d’Idriss Deby.

L’opposition fait de l’éviction d’Idriss Deby, son principal souci,  elle concentre ses forces pour rendre le Tchad juste et égalitaire où les citoyens opprimés recouvrent leurs droits dans une nation en perpétuelle perdition.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum