Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

adoum-togo.jpgLe nom de M.Adoum Togoï est cité au Tchad le plus souvent parmi ceux qui sont associés à des mouvements subversifs contre les différents régimes qui se sont succédés à la tête de ce pays.

L’homme fait donc partie incontestablement des hommes qui ont contribué durablement à l’instabilité politique et au retard du décollage socio-économique du Tchad.

Eternel exilé politique, il est aussi un rebelle à vie à qui  la rébellion a tout donné, conforts matériels et autres facilités.

Réfugié au Burkina Faso, M. Adoum Togoï était dans la délégation du Président Goukouni dénommée le  groupe de Libreville qui a voulu créer une dynamique de paix en été dernier 2007.

Dernièrement sans prévenir les membres de ce Comité de Libreville, MM..Adoum Togoï et Touka Maïna ont regagné Ndjaména dans de conditions mitigées qui ont ouvert les portes à des diverses interprétations.

Le Président Goukouni Weddeye, avait alors désapprouvé par un communiqué de presse cette démarche unilatérale à laquelle s’étaient adonnés les deux membres du Groupe de Libreville.

Aujourd’hui, une source très proche d’un opposant Tchadien basé dans une ville africaine a alerté notre rédaction par une nouvelle que cela fait deux jours  que les autorités Tchadiennes ont interdit M. Adoum Togoï de sortir du territoire national jusqu’au nouvel ordre.

Notre source affirme que si M. Adoum Togoï est bloqué à Ndjaména cela veut dire que l’affaire est sérieuse et qu’Idriss Deby prend de plus en plus du recul par rapport à cet homme originaire de la même localité que lui.

 

N’est-ce pas là, une des conséquences de négociations séparées et en apartés entreprises à divers  niveaux et qui n’ont rien donné des résultats espérés par les initiateurs eux-mêmes ?

 

Si les gens tiennent réellement à la paix au Tchad, il leur est fortement recommandé d’aller directement vers un dialogue politique sans complaisance aucune que de divertir l’opinion publique nationale abusée.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum