Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefinedIl est de tradition des dirigeants politiques Tchadiens, qu’à chaque fois, que leur pouvoir est menacé par une quelconque  rébellion de faire recours aux paisibles citoyens,  notamment ceux  faisant partie  de leur obédience politique.

 

Hier dimanche, 13 janvier 2007, une manifestation populaire à réuni dans la capitale tchadienne,  une poignée de personnes généralement proches du Mouvement Patriotique du Salut (MPS), parti d’Idriss Deby.

 

Ces partisans du régime en place étaient rassemblés et dressés pour la circonstance contre la rébellion tchadienne et le Gouvernement soudanais accusé par Ndjaména de stabiliser le Tchad.

 

Il est connu de tous depuis fort longtemps qu’aucune manifestation pacifique n’a été  autorisée contre le pouvoir d’Idriss Deby en dépit de la demande en bonne et  due forme adressée par les organisateurs. Ce qui veut dire naturellement, que si une marche publique ait été organisée, elle tire sa légitimité du pouvoir en place.

C’est pourquoi, l’opinion publique tchadienne avertie et prévenue pense que la manifestation de Ndjaména s’inscrit en droite  lignes de précédentes organisées contre la France concernant l’extraction de l’or et la plus récente avec l’affaire Arche de Zoé où les autorités tchadiennes ont su mettre   la pression sur Paris.

 

Aujourd’hui, le régime est sous une menace pernicieuse et permanente  des mouvements rebelles de plus en plus motivés à reprendre les hostilités militaires pour  cause de la rupture totalement consommée entre eux et Idriss Deby.

 

Tout le monde est unanime qu’Idriss Deby et son homologue Soudanais, El-Bechir se fassent la guerre par l’entremise de leurs rebellions, alors pourquoi, n’essaient-ils pas tous deux de tendre la main à leurs adversaires politiques pour un dialogue franc et sincère ?

 

Au lieu de drainer le peuple tchadien affamé   dans la rue contre la rébellion et le Soudan, Idriss Deby doit d’abord avant tout  lui garantir le minimum vital dont il a été privé durant tout son règne.

 

S’il ne peut   assurer aux populations tchadiennes déshydratées par des années de souffrance et de vicissitude, il doit céder sa place aux hommes compétents et intègres soucieux du bien être général et sans exclusif  de tous.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum