Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

debychangement.JPG

Depuis plusieurs années le changement du régime d’Idriss Deby est d’actualité dans tous les débats, aussi bien  dans les milieux de ses opposants politiques civiles,armés comme des citoyens lambada  excédés par son règne, souhaitent impérativement son départ du pouvoir au Tchad.

 

Pour son éviction, tous les moyens ont été déployés, mais en vain, la multiplicité des mouvements rebelles  justifie la mobilisation de forces au changement.

 

Mais,depuis quelques jours, trois groupes politico-militaires ont mis sur place une coordination militaire unifiée en vue de mener en même temps des opérations armées contre l’armée gouvernementale.

 

Force est de constater que devant   cette coordination des rebelles Tchadiens, d’autres voix d’opposants au régime de Ndjaména s’érigent pour alerter l’opinion sur ce qui va advenir.

 

Il est alors remarqué subitement  un sentiment de peur de plus en plus exprimée face au changement d’Idriss Deby au sein même de l’opposition tchadienne de façon globale.

 

Pourquoi alors le changement d’Idriss Deby fait-il peur ?

 

Il est vrai que si Idriss Deby bénéficie du soutien sans cesse de la France pour se maintenir au pouvoir, il est tout de même permis de dire que le Soudan qui reste accusé par Ndjaména de soutenir sa rébellion a une part de responsabilité dans le casting des leaders qu’il choisisse  et aide pour succéder à Idriss Deby.

 

La France comme le Soudan semblent bien ignorer le realpolitik tchadien  depuis fort longtemps. Ils ne maîtrisent rien de notre paysage politique ou bien pour des raisons inhérentes à leurs intérêts stratégiques, occultent certains paramètres les locaux.

 

Aujourd’hui, le changement pose réellement problème étant donné que le souhait du peuple tchadien n’est pas pris en compte ni par ceux qui aident Idriss Deby et la rébellion tchadienne.

 

Le souhait des opposants tchadiens en exil, voudrait  voir unis l’ensemble de mouvements armés de l’est sans exclusif pour convaincre d’abord l’opinion publique tchadienne et la communauté internationale ensuite.

 

 Cette volonté de l’opposition en exil, se heurte sur place à d’autres réalités qui se passent différemment et provoquent à tous les segments de la société tchadienne de graves inquiétudes.

 La tendance à l’exclusion, au mépris et  aux frustrations laisse libre court à des réactions opposées :

 

Les uns très remontés contre la nouvelle coordination militaire  n’ont pu contenir leur désapprobation absolue et ont choisi le médium de la presse en ligne pour signaler le danger éventuel qui naîtrait de ce changement qui pourrait être mélancolique.

 

Les autres très discrets dans leurs analyses politiques du pays ont préféré joindre par téléphone notre rédaction  pour appeler à la retenue les détracteurs de la coalition rebelles.

Ils estiment que pour le moment, il faut faire profil bas aux critiques acerbes  laissant les choses sur le terrain militaire avancer.

Nos interlocuteurs sous couvert de l’anonymat pensent qu’à la place de voir Idriss Deby régner  autant voir le Tchad devenir comme la Somalie, car rien n’y va dans le pays.

 

Pour notre part, nous pensons que la somalisation du Tchad susciterait du coup une mobilisation de la communauté internationale pour la recherche de la paix par des voies pacifiques à l’instar de ce qui se passe actuellement avec l’intensification de la diplomatie internationale qui s’active devant l’éclatement de la crise au Kenya.

Toutefois, qu’à défaut du changement en douceur par la voie des urnes, le changement militaire peut aussi se faire mais à la seule condition  que l’unité de la rébellion doit être   effective mais pas exclusive pour éviter à notre pays l’enfer somalien.

 

La crise tchadienne longtemps  latente et couvée, résulte de   la responsabilité  conspiratoire de la France ;  elle risquerait bien de mettre la communauté internationale devant une situation inextricable au regard de l’acharnement sur le terrain des rapports de forces entre les parties en conflit armé dans ce pays.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum