Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefinedCertainement que notre soif pour l’unité des forces de la résistance ne s’éteindra pas demain. Effectivement notre soutien aveugle à la résistance ne pourra nous empêcher de révéler notre inquiétude. S’il y’a un voeux  à formuler pour le Tchad, nous souhaitons la primauté des  principes constitutionnels. Le citoyen tchadien se sent concerner, sans doute, par tout ce qui se passe et se joue en son nom et sur son dos à l’intérieur  et à l’extérieur du pays. Déjà  sous le régime de Deby ça sert à rien de revenir sur l’existence d’un Etat ou une institution crédible aux yeux des hommes scrupuleux et honnêtes qui aiment tant ce beau pays et le voit  s’écrouer devant leurs yeux impuissants.

 

 Depuis ce dernier temps, on  constate une manifestation d’unification  des forces de la résistance. Mais une unité désolante comme celle-ci ne répond guère, à mon sens, aux exigences du citoyen. Si j’ose dire les leaders de l’opposition ont eux même du mal à se faire accepter et susciter l’unanimité aux yeux  de l’opinion tchadienne. Ce n’est un secret pour personne  dans la famille de la résistance et tous ceux qui sont vigilants, on assiste à une annonce en pompe d’une unité qui ne semble pas différente des unités d’antan qu’on a tant décriées dans nos différents discours.

 

Le citoyen tchadien attend beaucoup de la résistance  que de l’ennemi du Tchad qui l’a pris en otage et qui n’est autre que Deby et sa clique. Cela  vous les savez très bien, malgré qu’on peine  à convaincre une bonne partie des intellectuels tchadiens encore  réticents à nos discours et notre choix de prise des armes. Effectivement c’est un dilemme mais c’est aussi le choix que l‘homme a fait devant la réalité imposée par Deby. Le citoyen tchadien  a besoin d’une véritable unité fondée sur une volonté politique saine et au dépassement de notre ego. Mais lorsqu’on constate un haut commandement militaire  à plusieurs  têtes, un porte parole ignorant le sens de l’intégrité et dont la morale publique est inexistante et dont le comportement est douteux, et une  unité politique reste toujours campé sur sa forme initiale (arrière- calcule, tribale). On a du mal à s’en convaincre. Le peuple ne demande pas le ciel et la terre mais juste d’arrêter de le prendre pour un éternel inconscient.

 

Notre lutte contre le mal continue, notre volonté doit être exprimée en tout liberté pour un changement radical dans ce pays.

 

 

Par Djibrine Abakar khirachi.