Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

femme-tchadienne.03.jpgIndéniablement, l’éducation nationale fait partie  de nombreux secteurs clés qui constituent l’ossature, la cheville ouvrière de  la fonction publique. Elle doit faire l’objet d’une attention particulière des autorités tchadiennes.

 

chaib-tchadien.jpgAu Tchad, le système éducatif ne fait plus partie des priorités de nos gouvernants depuis que le régime du Général Idriss Deby s’est emparé du pouvoir par les armes.

On a observé dans  notre pays depuis 1990 à nos jours une baisse de niveau résultante de l’abandon,  de  l’altération voire la  déstructuration totale de tout ce qui s’apparente à l’enseignement en  général.

 

Les grèves des syndicats d’enseignants et d’étudiants se succèdent et rythment la vie des collèges, lycées, écoles de formations et universités au Tchad. De l’enseignement secondaire au  supérieur, les professeurs toute catégorie confondue accusent et cumulent des arriérés de salaires.

 

En dépit de l’ère pétrolière, le Gouvernement tchadien se trouve toujours incapable de payer régulièrement les salaires du corps enseignant,  assurer leur prise en charge par des divers avantages et surtout leur  disposer  des matériels didactiques et ergonomiques susceptibles d’accroître leur rendement réel.

 

L’indifférence remarquée  des responsables tchadiens  face au volet éducatif depuis quelques années, se justifie  par  les détournements massifs de fonds alloués par des partenaires étrangers soucieux d’améliorer  ce secteur dans ce pays.

 

Au moment où les  pays du Maghreb ont gagné le pari de l’éducation de masse et ceux d’Afrique noire tentent de les emboîter les pas, au Tchad, on se préoccupe peu,  sans se soucier ,  ni  nourrir d’ambitions de rattraper notre retard en y investissant une part essentielle du budget national dans notre système éducatif.

 

Aujourd’hui, la baisse de niveau scolaire et universitaire que connaît  l’éducation nationale dans notre pays est criarde. Elle a eu des graves  répercussions immédiates  sur les cadres de l’administration tchadienne, dont la majorité éprouve un défaut de locution  orale et écrite pour défendre et argumenter une position devant un auditorat.

 

Si on veut que la jeunesse devienne la   relève de demain et force de l’avenir de notre pays et  qu’elle retrouve sa place dans la fonction publique, il va de soi que les autorités tchadiennes fassent en sorte que  l’éduction nationale soit priorisée.

 

chaib-tchadien.02.jpg L’amélioration du système éducatif au Tchad nécessite une mise à niveau intégrale et la tenue réelle  des états généraux à la différence  de ceux organisés en 1995 qui n’ont donné aucun  résultat escompté.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum