Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

COLLECTIF DES MEMBRES DE LA SOCIETE CIVILE

 

DECLARATION sur l’initiative d’écoute, d’alerte et d’apaisement

 

Soucieuse de la préservation d’un climat de paix et de stabilité politique, une délégation du Collectif des membres de la société civile a initié une démarche d’écoute, d’alerte et d’apaisement auprès du Président de la République et du Président de l’Assemblée nationale.

 

Le mercredi 02 janvier 2008 à 12 heures 30, le Président de l’Assemblée nationale a reçu la délégation. Après les propos introductifs du chef de la délégation, le Président de l’Assemblée nationale est revenu sur la genèse de la « crise » et a affirmé son respect des institutions et des principes républicains.

 

Saisi pour une audience le 02 janvier 2008, le Président de la République a demandé à son Directeur de cabinet, le Ministre d’Etat Zacharia Diaw de recevoir la Délégation le jeudi 03 janvier 2008 à 16 heures 15 pour préparer l’audience entre le Collectif de la Société civile et le Président de la République, notamment pour définir l’Agenda et le contenu. Ce jeudi, aux environs de 09 heures, le Directeur de cabinet a saisi le chef de la délégation par téléphone pour lui signifier le report de l’audience à une date ultérieure.

 

Face à l’impératif et à l’urgence d’apporter une solution définitive à cette situation de crise latente lourde de conséquences sur le fonctionnement normal des institutions et la paix, la délégation des membres de la société civile déclare ce qui suit :

 

1.     La République du Sénégal s’est dotée d’une Constitution qui définit et organise les relations entre les différentes institutions, notamment entre l’Exécutif et le Législatif. Le Chef de l’Etat est chargé de veiller à l’équilibre et au fonctionnement régulier des institutions ;

2.     Chaque institution doit respecter scrupuleusement ses domaines de compétences et les prérogatives des autres institutions ;

3.     Invite le Président de la République, gardien des institutions à s’abstenir de toute ingérence dans le fonctionnement de l’Assemblée nationale et qu’il veille au bon fonctionnement de celle-ci et mette fin aux initiatives de déstabilisation en cours contre l’institution ;

4.     Consciente des dangers et risques que ce climat politique délétère fait planer sur notre pays, la délégation du Collectif de la société civile va poursuivre les contacts avec : les Présidents de groupes parlementaires et les non inscrits, les partis politiques, les syndicats, le patronat et les chefs religieux ;

5.     Le Collectif des membres de la société civile demande également à la société civile ouest africaine d’être solidaire du Collectif ;

6.     Le Collectif décide, enfin, de prendre contact avec les représentations diplomatiques au Sénégal pour attirer leur attention sur les graves menaces d’instabilité institutionnelle qui guettent le Sénégal afin qu’elles prennent les initiatives idoines auprès des autorités pour mettre fin à l’escalade en cours.

 

Le Collectif des membres de la société tient à réaffirmer solennellement que sa démarche ne s’inscrit nullement dans le sens d’une médiation, étant convaincu que la seule solution est fondée sur le respect scrupuleux des institutions et de la séparation des pouvoir.

 

Le Collectif tient également à réaffirmer que la solution à la crise institutionnelle latente entre la Présidence de la République et l’Assemblée nationale ne constitue pas le monopole exclusif d’un parti politique. Au contraire la question interpelle tous les citoyens sénégalais et, fondamentalement, la société civile sénégalaise qui ne saurait rester inactive et indifférente sans renier sa mission fondamentale d’alerte et de prévention des conflits.

 

Fait à Dakar, le 3 Janvier 2008

 

Ont Signé :

·         Amnesty International

·         Association Nationale pour l’Alphabétisation et la Formation des Adultes (ANAFA)

·         Centre Africain pour l’Education aux Droits Humains (CAEDHU)

·         Comité de suivi du Pacte Républicain

·         Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH)

·         Forum Civil

·         Mouvement Citoyen

·         Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH)

·         Présence Chrétienne

·         Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO)